lundi 11 novembre 2013

"L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt"


« Voyez-vous, aujourd'hui est un jour de fête (du Diwali). Levons-nous tôt et prenons un bon bain et avec un beau savon, voyez-vous, un savon parfumé et des choses agréables. Vous apprécierez, vous verrez. Le bain devrait être un rituel. Mais pas tout le temps, parce que Je vois que Reg y reste assez longtemps, tout à fait heureux. Rires.
Par exemple, les Indiens aussi prennent un bain (trop long). Ce n'est pas nécessaire, mais une fois, ça va. Et puis si vous restez chez vous pendant environ une heure ou deux, la maison est éclairée.
Je pourrais éclairer  cet endroit le matin, vous venez ici, vous serez étonnés de voir que si vous développez cette habitude (de vous lever tôt) vous pourrez faire beaucoup de choses. Parce que dans la soirée, vous êtes fatigués et vous ne pouvez pas en faire beaucoup et vous êtes absolument exténués, voyez-vous, donc vous vous coucherez tôt.
Et il y a un dicton anglais qui dit: " Tôt couché et tôt levé ". Ce n’est pas un dicton indien, n’est-ce pas? Rires.
Et c'est ce que nous devons faire. Et vous serez étonnés de voir que vous allez faire mille et une choses, mille et une choses si vous vous levez tôt le matin. Donc, nous allons essayer de faire cela après le Diwali. Je vais dire que ceux qui peuvent essayer avec moi pourront le faire.

J'avais l'habitude de me coucher parfois à deux heures du matin, deux heures et demie, surtout à deux heures. Et de me lever à quatre heures et demie du matin, de prendre un bain. Tout le monde dormait encore et Je ne voulais déranger personne. Puis, à environ huit heures du matin, Je disais: " Maintenant, allez-vous s'il vous plaît vous lever ? "
Alors que Grégoire, vous voyez, le jour où il a du partir (tôt), il a dit: "Oh, il est déjà deux heures. Plus que trois heures de sommeil. "
J'ai dit: " Grégoire, tu ferais mieux de dormir maintenant. Ne t'inquiète pas sinon tu ne pourra pas t’endormir. Tu ferais mieux de dormir." "Comment vais-je me réveiller ? Qu'est-ce qui va arriver? "
A cinq heures, Je lui ai dit simplement: " Maintenant - Je me suis levée à quatre heures et demie- il est cinq heures, cinq heures."
Et, ils se sont tout levés. Demandez-le lui. Et, c'est très facile à faire, voyez-vous, c’est très facile. Vous n’êtes pas obligés de rester éveillés comme moi jusqu'à deux heures du matin. Mais alors, si Je reste éveillée jusqu’à deux heures, Je fais une sieste pendant une heure ou deux dans la journée. J’y arrive mais vous aurez envie de dormir, allez donc vous coucher. La nuit, c'est une perte de temps de rester éveillé. C'est vraiment une perte de temps. Que regardez-vous, ces images grossières à la TV ? Après neuf heures du soir, il n'y a rien à voir. Neuf heures et demie, dix heures tout au plus. Ensuite, ce ne sont que grossièretés.
Vous vous sentirez en meilleure santé, vous serez beaucoup mieux lotis. Harry s’est beaucoup amélioré avec ce genre de choses. Et, le matin, vous ne pensez pas beaucoup, vous méditez vraiment. C'est une très bonne chose. Ainsi, Je vous donne juste quelques éléments pour votre compréhension... concernant l'auto discipline. C’est très important.
Voyez-vous, l'ego ne vous permet pas d'avoir de la discipline. Il dira: " Oh, quel est le problème? " C'est de cette façon que nous devons diminuer notre ego.
Et l'auto discipline vous donnera vraiment, Je vous le dis, la maîtrise de vous-mêmes. La maîtrise de soi est très importante. Et cette maîtrise de soi n'est possible que si vous savez vraiment comment la développer, comment l'inculquer et comment devenir vous-mêmes.
Il y a une belle analogie donnée dans les Katha Upanishad qui dit, voyez-vous, que le corps est comme un char. Elle dit que le corps est comme un char, que le conducteur du char est "buddhi" et que l'Esprit en est le maître. Le conducteur du char c’est "buddhi", c'est-à-dire l'intellect. "Buddhi" est un meilleur mot qu’intellect, voyez-vous. Je veux dire, vous pouvez l’appeler la sagesse, la sagesse. Maintenant, les sens sont comme les chevaux du char. Les sens sont comme les chevaux. Ils courent ici ou là, vont çà et là et tout le reste, vous voyez.
Et, le contrôle, les rênes sont entre les mains de "buddhi", entre les mains de la personne qui les tient, c'est-à-dire le conducteur, c’est en nous la sagesse ou l'intelligence. L'intellect doit contrôler les sens et les rênes doivent être contrôlés. Maintenant, si vous permettez à ces sens d'aller où ils veulent, voyez-vous, et que vous ne les contrôlez pas, alors vous n'êtes ni ici, ni là.  Vous direz, "je sais, je sais".
Quelle partie de vous-même sait? Quelle partie de vous-même va de travers? Où êtes-vous? Et puis, pourquoi faites-vous ça (si vous savez que c’est mauvais) ? "Je sais, j’aurais dû- je sais que ce n’est pas bien du tout, je sais."
Pourquoi l’avez-vous fait ? Si vous savez que ce n’est pas bien, cela devrait faire partie de votre connaissance, votre être tout entier devrait (le savoir)… la connaissance devrait ne faire qu’un avec votre comportement. Par exemple, je sais que c'est du blanc. Très bien, alors vais-je traiter cette couleur comme du blanc (avec précaution) ou dois-je la traiter comme du noir? Si je sais que c’est du feu, je n’y mets pas ma main. Je me dis: "Je sais que c'est du feu; vais-je y mettre la main?"
Donc, pour contrôler nos organes des sens, il faut que notre "buddhi", notre esprit, soit tout à fait intact et il faut le mettre entre les mains du Soi où le "je" n’agit  pas. Ce "Je fais, moi, je" - l’Esprit n'aime pas tout cela. Vous devez avoir un mental très discipliné qui devrait améliorer vos méthodes en tout – en paroles, en actes. Je veux dire que vous devez vous améliorer.»
Shri Mataji Nirmala Devi, Diwali puja, Bramham Garden, Londres. 27/10/1981 

Le terme sanscrit de "buddhi" signifie "intelligence, intellect, réflexion; faculté de perception, de compréhension", mais aussi "sagesse, raison, pensées, résolution". C’est donc un terme qui couvre l’univers mental intérieur, incluant une partie de ce qu’on appelle la conscience et une autre de la perception.
Quand Shri Mataji était enfant, dès l'âge de 7 à 8 ans, c'est elle qui s'occupait de la maisonnée quand ses parents étaient en prison, car ses grands frères et grandes sœurs avaient leurs études à faire. Donc elle prenait l'intendance en charge malgré son jeune âge. Cette anecdote remonte sans doute à ce moment-là.
Le Katha Upanishad est peut-être le plus connu des Upanishads. Il est l'un des premiers Upanishads et est commenté par Adi Shankaracharya. Il contient des passages qui suggèrent qu’il a été en contact avec les idées bouddhistes, donc qui ont probablement été composés après le cinquième siècle avant notre ère. Il se compose de deux chapitres divisés en trois sections qui contiennent entre 15 et 29 versets chacune. Certains passages sont en commun avec la Bhagavad Gita.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire