vendredi 29 novembre 2013

L'amitié, la relation la plus élevée



« Je parle de l'amitié, d’avoir un ami : quand on a des soucis, on se tourne toujours vers ses amis, mais non vers des personnes de connaissance. Si on a des problèmes, on n’en parlera jamais à quelqu'un que nous ne connaissons pas plus que cela, mais nous nous tournerons vers nos amis. Même si vous êtes un dirigeant, vous êtes un ami pur les autres. Il faut comprendre que les Sahaja Yogis sont tous des amis les uns pour les autres.
L'amitié est telle que vous pourriez partager vos secrets, vos problèmes ; vous le faites bien avec Moi et pourquoi pas les uns avec les autres ?
C’est une question de compréhension que les Sahaja Yogis sont réellement des amis les uns pour les autres. Je crois que la relation d'amitié est encore plus élevée que n’importe quelle autre à laquelle on peut penser, car il n’y a rien à gagner de l’amitié, elle ne cesse jamais et vous prenez seulement du plaisir à l'amitié, c’est tout. Alors, vous pouvez vous taquiner parfois, vous pourriez plaisanter un peu avec une autre personne, vous moquer un peu d’elle. Ce n’est pas grave, c'est l'amitié. Mais c’est la forme de compréhension la plus pure de ce que sont les relations entre nous. Et un ami, c’est celui qui est toujours, sans rime ni raison, soucieux de son ami.
Avant Sahaja Yoga, vous pouviez n’avoir qu’un seul ami ou deux tout au plus; trois c’était déjà une foule, on ne pouvait pas avoir trois personnes qui soient des amis. Mais avec Sahaja Yoga, nous sommes tous des amis, dont l’amitié est pure, d'une très belle nature, qui fait que vous vous réjouissez de la joie d’une autre personne. Par les vibrations, vous le faites, si vous sentez les vibrations d’un autre Sahaja Yogi, cela vous donne vraiment la joie.

J'ai vu ce genre d'amitié, lorsque J’étais jeune, car alors, les gens avaient le cœur plus ouvert, comme mon père et ses amis.
Un de ses amis était un Brahmine très orthodoxe, et il était le président d’une organisation couvrant tout le pays. Et l'école, une des écoles dans laquelle J'étudiais (en première), était dirigée par cette organisation, donc c’était le proviseur de cette école. Mon père (qui était avocat) était allé plaider très loin, il avait emmené toute la famille, et m’avait envoyée à l'hôtel. Il écrivit à son ami: "Je m’absente mais ma fille doit rester pour ses examens terminaux (universitaires). Je suis désolé de m’absenter et de prendre ma famille avec moi. Mais c’est une opportunité."
Alors son ami lui écrivit: "D'accord, cela n’a pas d’importance, tu peux partir, je vais m'occuper de ta fille". Il est venu à l’hôtel (au foyer du lycée), il a pris une chambre dans cet hôtel. Nous étions tous là. Comme il était un Brahmine, il n'aurait pas touché à un œuf, c’était un Brahmine.  Mais il savait que je mangeais des œufs et que je n'étais pas végétarienne. On arrivait au début de l'été, mais il portait toujours son manteau ou son imperméable pour sortir. Je ne sais pas où il  dénichait des œufs tous les matins. Il les apportait dans sa chambre, car c'était une école de brahmines, et les cuisinait en secret pour moi. Puis il m'appelait pour que je vienne les manger. Je lui disais " je n'en ai pas besoin." "Non, non, ton père est loin, et je dois prendre soin de toi". C’était si gentil, et il était le chef des chefs là-bas, brisant ses propres règles  et règlements pour moi en cuisinant de la nourriture non végétarienne. Shri Mataji rit.
Et ensuite, voyez-vous, il mettait toutes les coquilles d'œuf dans un papier, le glissait dans la poche de son grand manteau, et sortait pour les jeter quelque part. Alors, il s’en allait avec moi et me laissait à mes examens. Le soir, il était là de nouveau, m'attendant. C'était un homme si grand, si important, très respecté. Je veux dire que c’était le chef des proviseurs.
Je me suis étonnée tous les jours de cette amitié. Et pour rien, Je veux dire, Je ne les ai pas vus se parler de quoi que ce soit, Je veux dire qu’il n’avaient rien en commun à proprement parler. Ce n’était que de l'amitié ! Mon père était un littéraire, comme vous le savez, et lui était un travailleur social. Je veux dire qu’il y avait un lien, mon père s’occupait de politique.

Et J’ai vu de tels amis. Quand mon père allait en prison, ses amis venaient pour nous prendre chez eux, leurs épouses s'occupaient de nous, nous donnaient un bain. Elles ne faisaient aucune différence, Je n'ai jamais senti aucune différence entre moi et leurs propres enfants. D’ailleurs, on avait l’impression qu’elles s’occupaient plus de nous que de leurs propres enfants. D’abord, elles nous donnaient un bain.
Grâce à l’amitié, on peut vraiment s’amuser ! Vous devez avoir un très grand cœur pour être un ami, un très grand coeur. »
Shri Mataji Nirmala Devi, l’importance de l’amitié, Melun, France, 09/07/1989

Ce passage est aussi raconté plus en détails dans le livre de Babama, Mes mémoires
« (suite à des injustices scolaires envers Nirmala ) Mes parents décidèrent d’inscrire leur fille à l’école Seva Sadan, dont le proviseur, monsieur Garud, était un bon ami de mon père. Il accepta sans problème d’enregistrer Shri Mataji en une de leurs Secondes, qui équivalait à une Première dans un autre établissement. De cette façon, elle ne perdait pas une année.
Elle obtint toujours des récompenses pour ses rôles dans les pièces de théâtre de l’école et elle avait les meilleurs résultats scolaires de l’établissement. En outre, monsieur Garud lui permit de rester au foyer du collège Seva Sadan dont la cuisine était totalement végétarienne. Le proviseur était brahmine et donc aussi végétarien. Cependant, il faisait toujours bouillir deux oeufs pour Shri Mataji : il les cachait dans une poche de son manteau pour les lui donner secrètement et, à l’insu de tous, ramassait les coquilles, les enveloppait dans un papier qu’il remettait dans sa poche, afin de les faire disparaître sans laisser de trace. Certes, il choyait Shri Mataji par amitié pour mon père, mais surtout parce qu’elle vivait seule au milieu de gens qui ne mangeaient pas de nourriture d’origine animale. »
Publié par dictionnaire sahaja yoga

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire