mardi 22 octobre 2013

Les Shalivahanas, les porteurs du châle de la Déesse


 
« Après le programme public de 1981 à Hong Kong, nous sommes retournés à l'hôtel avec la voiture de l'hôtel et j’ai dit au revoir à Shri Mataji. Elle a dit :
-Non, non, non, tu dois venir, viens avec moi.
Donc j'avais juste ma robe et mon sac à main et j'ai dit:
-Mais je n'ai rien à me mettre, Mère.
-Non, tu dois rester avec moi, reste avec moi. Tu pourras porter un de mes jupons. Viens donc.
Et j'ai pensé, " Oh, mon dieu moi ??" Alors j'ai couru vers la voiture, saisi mon sac à main puis suis montée à l’hôtel en pensant: « Oh mon Dieu, qu'est-ce que je vais
faire maintenant? Vous savez, comment puis-je rester dans la même pièce avec Shri Mataji et dormir à ses côtés? "
Donc nous sommes allées à l'étage et dans la chambre d'hôtel et nous avons bavardé de tout et de rien, puis Shri Mataji s’est mise au lit pour lire le magazine de l'hôtel et a
dit:
-Viens, viens maintenant.
Je ne savais pas trop quoi faire.
-Ah, te voilà ; mets ce jupon.
Alors j'ai enfilé le jupon, je crois que je portais un sweet-shirt. Donc, je portais un sweet et un des jupons de Shri Mataji. Et je me sentais très consciente de moi-même. Elle était couchée et je me disais : "Je ne sais pas quoi faire. Où dormir? Dormir ou pas? "Je n'avais aucune
idée de protocole, ni de quoi faire. Et Elle a dit, "Viens" en tapotant le côté du lit :"Viens donc" ….
Et puis je me suis couchée, mais j'étais déterminée à ne pas m’endormir au cas où je ferais quelque chose de non protocolaire dans mon sommeil, rouler et la toucher ou quelque chose du genre. Et puis la lumière s'est éteinte. Shri Mataji a commencé
à bavarder avec moi, me posant des questions sur ma famille tout en me demandant de mettre ma main sur différents chakras. Et Elle m’a nettoyée tout au long de la nuit. Et j'ai réussi à passer la nuit.
Nous nous sommes levées le matin et avons commandé notre petit déjeuner. Elle est allée dans la salle de bain et a pris le journal. Elle a ajouté que c'était bien le seul endroit où l’on devrait vraiment lire le journal ...
Et je pense que c'était le Diwali, que c'était un jour du Diwali. Et c'était aussi le jour de mon anniversaire. Elle m’a regardé et m'a dit:
-Est-ce que J’aurais besoin de mon châle "
Bien sûr, la chambre d'hôtel était climatisée mais j'ai répondu:
-Je ne sais pas, Mère, mais peut-être, comme il fait nuageux, peut-être que vous le devriez
Elle a regardé dehors par la fenêtre et a donné un "bandhan" pour les nuages​.
-Là, c’est un peu plus clair, mais Je vais le prendre. Tu vas le porter.
Et je me souviens d’avoir  dit:
-C'est un grand jour pour porter votre châle, Mère, parce que c'est le jour du nouvel an selon le calendrier du roi Shalivan.  En fait, je n'ai pas dit ça, mais Elle m'a donnée une tape dans le dos et a dit:
-Tu as compris.
Parce que le nom de "Shalivahanas" signifie les "porteurs du châle de la Déesse". Donc, je me suis sentie très privilégiée, de porter ce châle,  ce porte-drapeau de la Déesse, le jour de mon anniversaire et du nouvel an.
Puis nous sommes allées faire du shopping et nous avons déjeuné quelque part. Elle a trinqué avec moi en disant : " Joyeux anniversaire ! " pendant le déjeuner. Donc, c'est mon plus bel anniversaire ! »
D'après le témoignage de Kay
“Memories of our Divine Mother, an Oral History of Sahaja Yoga”
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire