vendredi 27 septembre 2013

Les femmes, pour le monde...


« L’UNICEF, tout comme l'Organisation mondiale de la Santé,  a lancé un projet appelé "Angan", ce qui signifie "cour d’école", où les enfants devaient être éduqués et élevés en bonne et due forme. Ce projet ne fonctionne pas du tout pour les enfants, mais tout l'argent va dans les poches de tous les gens corrompus qui sont en charge de ce projet et les enfants n'ont même pas deux pour cent de ce qui est envoyé pour eux. Même chose avec l'Organisation mondiale de la Santé, qui envoie des médicaments et du matériel à l'Inde. Ces médicaments sont vendus sur le marché et sont entièrement utilisés par les bénéficiaires, pour leurs propres profits. La même chose se produit pour l'équipement de l'OMS. Ainsi, les gens pauvres n'en reçoivent jamais aucun bénéfice et ils restent tout le temps impuissants. Tout cet argent est appelé «argent sale», mais va à une banque suisse, qui est propre. Une grande partie des emprunts que la Banque mondiale accorde aux pays en développement est également détournée vers les comptes personnels des fonctionnaires corrompus, détenus dans les banques suisses. Ainsi, tous ces pays en développement sont endettés vis-à-vis de la Banque mondiale, mais n'ont pas d'argent. L'argent est dans les banques suisses.
Donc, Je voudrais demander à l'ONU d'aborder cela avec les banques suisses et de leur demander de remettre à leur disposition tout cet argent qui a été détourné par des gens très corrompus et que les banques redonnent cet argent à l'ONU pour que l'ONU puisse l'utiliser à l'éducation des femmes et à d'autres fins, ainsi que pour le distribuer aux personnes, tout en restant efficacement vigilants.

Il faut avoir un très bon réseau de personnes, surtout des femmes, qui sont impliquées et qui sont honnêtes, compatissantes et qui voudraient aider les femmes à obtenir l'égalité sociale. L'essentiel du travail des femmes est de créer une bonne société. L'immoralité et la corruption sont les deux monstres horribles qui dévorent notre société.....
La formation à l'amour par la mère est l’influence première et la plus efficace pour former les enfants à la citoyenneté. Les mères qui n'ont jamais essayé d’élever leurs enfants avec beaucoup d'intérêt et d'amour, ou les épouses et les filles qui sont dans la crainte des hommes, n'ont pas fait leur devoir en tant que membres à part entière de la famille, pour renforcer la fibre morale des hommes. »
Shri Mataji Nirmala Devi, quatrième conférence mondiale sur les femmes, Pékin, 13/09/1995
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire