dimanche 25 août 2013

Shri Krishna était le principe de la douceur, de la collectivité, au milieu de la guerre


« "Ra-dha. "Ra" est l'énergie et " dha" désigne ce qui la soutient,. Elle est le soutien de cette énergie – Radha - Et elle prenait des bains dans la rivière Yamuna et les dames y allaient pour remplir leurs cruches d'eau, d'eau vibrée. Et Shri krishna avait l’habitude de casser ces cruches, sur l'arrière, sur l'arrière avec des pierres, des petits cailloux, pour faire un trou dedans, tout comme nous faisons un trou ici. Il faisait des trous dans les cruches afin de laisser l'eau vibrée s’écouler le long du dos des "gopis", afin de leur donner l'éveil.

Mais ce n'était le moment de leur parler de Sahaja Yoga, il n'y avait aucun moyen de rassembler les gens et de leur donner des conférences et des choses de ce genre, alors Shri krishna jouait. Il jouait aussi avec les "gopas" (garçons vachers), en leur tenant les mains : (au jeu de) "raasa". "Ra" signifie encore l’énergie et "sa" veut dire avec. Il avait l'habitude de jouer avec eux. Il montait sur une structure en forme de pyramide qu’ils faisaient entre eux, et brisait d’autres cruches remplies de beurre et de beurre laiteux et ils mangeaient tout.

Il y a de belles histoires au sujet de sa mère et de la façon dont ils jouaient ensemble. D'un côté, c'était une douceur très belle, très agréable, "madhurya", comme on dit. De l'autre, c’était l’exécution des rakshasas.
Après cela, c'est à Hastinapur (que Shri Krishna a vécu) là où se tenait une guerre entre les Pandavas et les Kauravas. Donc, nous pouvons dire que si matériellement, l'Amérique est le chakra du Vishuddhi de ce monde, alors en Inde, d’une manière subtile, Hastinapur était le chakra du Vishuddhi (à l'époque).
Si vous regardez l'histoire de l'Amérique, vous verrez qu'il y a, depuis le début, un combat qui se déroule. Quand George Washington est venu, il y a eu une grande guerre entre les Noirs et les Blancs, entre la gauche et la droite. Ensuite, il y a eu Abraham Lincoln, un grand orateur, une grande personnalité, qui a parlé de collectivité, c'est-à-dire de démocratie, et l'a développée jusqu’à ce stade. Je ne sais pas ce qu'il en est aujourd'hui, si c'est une démocratie ou une "démonocractie".

La démocratie a atteint une autre étape maintenant, que nous ne pouvons pas décrire en termes divins, et lorsque commence le défi envers le Divin, nous commençons à faire exactement le contraire de ce que nous ne sommes censés faire.
Ainsi, le principe essentiel de Krishna était la collectivité "raasa", chacun uni à l'énergie, l'énergie circulant à travers chacun – ce qui est juste le contraire car ce pays s’est développé dans l'individualisme et tout a servi à créer quelque chose qui n'était pas collectif. L’individualisme, quand il n'est pas connecté au groupe principal, c’est la destruction. Par exemple, tous ces arbres que vous voyez, ce sont des individus car vous voyez les séparés. Mais à l'intérieur, ils sont nourris par la même mère, ils ont la même sève qui coule en eux. Lorsque cette connexion est interrompue, alors tout cet individualisme n'est rien d'autre que de la destruction et c'est comme ça qu’en Amérique le lien avec la collectivité a été brisé par toutes sortes de méthodes bizarres. Et on ne peut concevoir comment les êtres humains peuvent aller jusqu’à ce niveau. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Krishna Puja. New Jersey, USA, 18/08/1984 Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire