mercredi 10 avril 2013

Le discernement est lié au Virata



« Vous vous élevez graduellement jusqu'au niveau du Virata, graduellement. Au début. Je ne sais pas ce que vous voyez mais vous commencez à comprendre ce qui ne va pas dans votre société, ce qui ne va pas dans vos relations. Puis, finalement, vous commencez à voir ce qui ne va pas chez vous, en quoi vous faites erreur. Je dirais que c'est le stade le plus élevé, celui que vous atteignez quand vous commencez à comprendre ce qui ne va pas chez vous.

Ensuite, vous commencez à comprendre que vous avez des pouvoirs, les pouvoirs de Viratangana. C'est dans votre cerveau que vous avez des pouvoirs, par lesquels vous comprenez la méta-science, la science de la science, le méta-art...Votre discernement est opérationnel, vous commencez à discerner ce qui est vraiment de l'art de ce qui ne l'est pas, et vous commencez à apprécier cet art. Et ce plaisir, qui est celui de "nirananda", vous l'obtenez quand vous vous élevez et que vous voyez les choses selon une perspective différente.
D'abord, vous les voyez comme une pièce de théâtre, comme un témoin (verrait la scène) et vous en riez, voyez-vous.
Je racontais une blague à propos d'une dame qui était interviewée alors qu’elle faisait un peu d'art, de mehendi sur la main, c’est une Indienne qui vit en Inde. Alors, l'intervieweur lui a demandé :
-Au sujet des étrangers, comment réagissent-ils? Les Américains, comment réagissent-ils ?
-Ils posent de drôles de questions.
-De drôles de questions?
-Oui, ils me demandent: "qu'est-ce que c'est?" Alors je dis: "c’est mon "suhaag", le symbole de mon mari." Ils me demandent:"Qu'en est-il des extras? Vous n'avez pas compris? Qu’en est-il des maris en extra, si vous en avez?"
 Rires.
Maintenant, vous en riez tous! Vous tous, Américains, vous en riez, mais il y a un certain temps, vous n'en auriez pas ri, parce que c’est très ordinaire (d’avoir des amants). De même, pour chacun, même en Inde ou dans tout autre endroit où on fait des choses absurdes, cela devient évident et vous commencez à voir très clairement – très, très clairement que ce que nous faisons (dans la société en général) est complètement absurde. Mais (votre compréhension) ne se produit pas à un niveau mental, c'est ce que Je suis en train de vous dire.
Ce n'est pas seulement que vous voyez (ces choses), d’accord, c'est toujours un niveau mental, puis que vous compreniez que c'est faux, encore un niveau mental. Mais vous ne les faites tout simplement pas. Quand vous faites partie intégrante du Virata, alors vous n'avez même pas besoin de penser, vous voyez simplement les choses et vous en riez. Vous les voyez et vous savez que ce n'est pas bien, que ce sont des absurdités. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Viratangana Puja, Los Angeles,10/10/1993

Lors du mariage indien traditionnel, qui est toujours d'actualité en Inde, la mariée est longuement préparée avant sa nuit de noce, maquillée, habillée, et une des dames de la famille dessine sur ses mains avec de la peinture au hénné que l'on nomme "mehendi". "Suhaag raag" qui singifie la nuit de noces, fair référence à ce jour où la fiancée rencontre son mari et dont les mains couvertes de ces peintures. C'est pourquoi cet art populaire lui rappelle son mari.
Le stade du Virata s'atteint quand on est au-delà des pensées, au delà de l'ego et du mental et qu'on a accès à cette conscience immédiate, cette perception que l'on a des choses sans avoir à y réfléchir. C'est comparable à une intuition et c’est efficace dans la situation et dans l'instant présents. Cette perception nous permet d'appréhender les choses dans leur globalité, d'avoir une vue plus profonde des événements, c'est ce que veut dire le terme de méta, car elle nous révèle leur valeur intrinsèque: leurs vibrations.
C'est effectivement une perspective différente que l'on a des interactions entre personnes, et des créations artistiques, car on perçoit avec les vibrations de l'esprit de l'artiste et de l'amour qu'il a introduits dans son art. On a accès directement à la nature des choses qui s’exprime vibratoirement, et à la joie qui s'y rapporte. Cette joie s'appelle "nirananda".
Photo: Mont Canigou, plus sur:
http://lieuxsacres.canalblog.com/archives/canigou__66_pyrenees_orientales_/index.html
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire