dimanche 24 mars 2013

Une responsabilité écologique



« Comme votre Sahasrara est ouvert ici (au centre du crâne), vous savez que c'est le chakra du cœur qui est ici. Lorsque ce chakra du cœur s'ouvre, le Sahasrara s'ouvre alors. Ouvrez vos cœurs, ce n'est qu'ainsi que vous pouvez être bien avec vous-même. Supposons que Je veuille voir quelque chose, et que mes yeux soient fermés. Puis-je voir quelque chose et l'apprécier ? Si vous devez ressentir les choses avec le cœur et que votre cœur est fermé, comment allez-vous les ressentir ? Alors ouvrez vos cœurs. Ouvrez vos cœurs. Vous verrez de cette façon que les choses ne sont pas si difficiles (qu'elles en ont l'air). Pour nous, c'est vraiment très facile, il faut ouvrir son cœur et se respecter les uns les autres. Les Sahaja Yogis doivent se respecter les uns les autres. L'un est noir, l'autre est blanc, quelqu'un est grand un autre est petit, quelqu'un est comme ceci. Dieu a créé la variété sinon, nous ressemblerions tous à un régiment. Nous devons donc apprécier la variété qui fait la beauté de la création.

Tous ces aspects extérieurs ne devraient en aucune façon vous impressionner. Il faut être propre, net et bien habillé. Mais que tout le monde soit comme vous est une (idée) fausse. En Inde surtout, si vous ne parlez pas correctement l’anglais, on vous catalogue comme étant d’une classe inférieure (scheduled caste). C’est une mentalité tellement asservie, vraiment asservie. Que vous connaissiez bien votre langue ou pas, votre langue maternelle, Hindi ou autre, ce n’est pas grave, vous devez connaître l’anglais !
Si quelqu’un dit "Englishh" il est fini. Eh, J’ai vu des Japonais, des Chinois, des Français, n’importe qui parle d’une façon horrible, Je veux dire avec un anglais bizarre dirais-Je, mais les pires sont encore les Anglais eux-mêmes. Les Anglais ont totalement perdu le sens de leur langue, mais quelle importance ? Ce n’est qu’une mentalité asservie à un régime qui est resté en Inde pendant trois cents ans et qui n’a rien fait de bon pour lui-même, qui est parti les mains vides d’ici. Même les Chrétiens en Inde croient que le Christ est né en Angleterre, pouvez-vous les croire ? C’est vrai pour la plupart d’entre eux.

Donc, l'essence de la vie est d'être fier du pays dans lequel on est né. Nous devons aimer notre propre pays, mais nous ne devrions pas nous identifier à lui. Nous devrions voir et critiquer les mauvais aspects de ce pays, ne pas les accepter et ne pas faire partie intégrante de ces gens absurdes qui ont leurs limites. Est-ce que vous transcendez votre pays, vous transcendez toutes ces limitations ? Vous êtes devenus grands maintenant. Comment pouvez-vous rester dans un petit étang? Vous avez besoin d’un océan. Vous allez vous asphyxier (sinon). Une autre chose, c'est que vous ne devriez pas tant utiliser des choses faites par des machines. Essayez de l'éviter, autant que possible. Ces machines nous ont créé tant de problèmes. Nous devrions porter des habits fait main, ou fait par des gens qui utilisent de simples machines, des machines ordinaires pourrait-on dire, qui ne nécessitent pas de produire beaucoup de fumée.
En tant que Sahaja Yogis, nous devrions être vraiment conscients des problèmes écologiques. Mais Je sais une chose, c'est que ces problèmes écologiques peuvent être aussi résolus par les vibrations.

Mais les vibrations ne pourront combattre ces problèmes écologiques que si vous avez véritablement envie de les combattre. Partout où l'on se rend, on trouve tant de pollution, tant de pollution. Comment la combattre ? En portant votre attention sur l'écologie: est-ce que nous produisons des choses qui polluent l'atmosphère ? Nous sommes responsables et devons le faire. (Sinon) qui va le faire ?

Donc d'un côté, nous devons nous occuper des personnes qui sont plus pauvres que nous, qui n'ont pas de chance. Et de l'autre, nous devons nous occuper de cette atmosphère remplie de choses absurdes et adopter un style de vie plus simple, dans lequel nous n'utiliserons pas autant de véhicules et moins de choses qui créent des problèmes.
Par exemple, à Dehradun, on m’a dit qu’il y a tant de ces trois roues (triporteurs) que les bus ne fonctionnent plus. Pourquoi ? Parce qu’avec ces trois roues, cela coûte moins cher, alors les gens utilisent ces trois roues et cela crée toute la suie noire tout autour. Un Sahaja Yogi ne devrait jamais utiliser ce véhicule à trois roues pour économiser de l'argent. Il est préférable de marcher ou d'utiliser un véhicule qui ne produit pas beaucoup de ces choses (de cette pollution). Il y a tant de moyens grâce auxquels on peut vraiment contribuer à lutter contre ce problème écologique, car cela fait partie de notre responsabilité. Jusqu'à 47 ans, Je n'ai porté que des saris en pur khadi, (coton fait main). En pur khadi, même pas en soie jusqu'à 47 ans ! Puis, quand ce Sahasrara a été ouvert, J’ai commencé alors à porter d’autres choses. Notre vie devrait être telle que nous soyons sensible à chaque évolution qui se produit autour de nous. Ce n'est qu'une question d'attention, de comment nous mettons notre attention sur les choses.
De même, de nos jours, on ne sait plus reconnaître les compétences artistiques de notre pays, comment aider les pauvres. On n'est jamais au courant de ces aspects. Pourquoi le Christ est-il né dans de telles conditions de pauvreté ? Parce qu'il voulait offrir ses bénédictions à ces pauvres gens et les aider spirituellement.

Mais on ne s'en soucie pas, on ne s'occupe pas de savoir où se trouve la pauvreté et comment on peut aider.
Vous pouvez aider, par tous les moyens, vous pouvez aider les pauvres à chaque coin de rue, de n'importe quelle façon. Il est très facile de comprendre où sont les problèmes de votre propre pays, pourquoi les gens sont pauvres et pourquoi nous ne pouvons pas les aider. Nous devons nous y mettre.
Tant que votre lumière ne brille pas dans la société, nous ne faisons rien, nous nous réjouissons simplement de Sahaja Yoga, de Ganapatipule. Mais, qu'en est-il des autres?
Notre attention devrait plus se porter sur la sensibilité à l'art, à la musique, sur toutes les choses créatives que nous possédons, et ce que nous pouvons faire pour les autres avec ces créations artistiques, plutôt que sur des choses inutiles. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Puja de Noël, Ganapatipule, Inde, 27/12/1994

Plus d'articles de Shri Mataji sur : http://www.notreterre.wordpress.com/
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire