dimanche 17 mars 2013

Une nuit avec Shri Mataji et les terroristes

« A l’approche du puja de Pâques, le 22 Avril 2001 à Istanbul, Shri Mataji est descendue à l'hôtel situé à six kilomètres de l'aéroport. Le vendredi et le samedi soirs, Shri Mataji a participé aux programmes publics sur le lieu où l’on allait camper, à trois kilomètres de l'aéroport. Pendant la journée, Elle s’était fait interviewer par la presse et les médias. Les journalistes de presse ont tous reçu leur Réalisation du soi et ont eu beaucoup de mal à la quitter, plongés dans une joie qu'ils n'avaient jamais expérimentée auparavant.
Puis le 24 Avril, Shri Mataji est partiee loger à la Résidence Suisse, située au centre-ville à quelques kilomètres de la salle où elle allait donner un programme public après le puja, Un groupe de Sahaja Yogis s’occupait de préparer le dîner. Nous vaquions à nos occupations, comme des oiseaux apprenant à voler dans les couloirs de l'hôtel remplis d’un parfum divin. Quand enfin le moment du puja est arrivé, Shri Mataji était prête à temps, avec une beauté à couper le souffle, même si cela nous avait semblé impossible vu le peu de temps….
La tente du puja était décorée de satin doré et le plafond était recouvert d’un satin bleu différent. Des milliers de petites lumières se trouvaient au plafond. Tout s'est mis à briller d’une façon particulière et nous a transporté vers un état supérieur, au moment où Shri Mataji est arrivée.

Shri Mataji a voulu retourner très vite à son nouvel hôtel dès la fin d’un discours incroyable du puja de Pâques et de la cérémonie de cadeaux. La Mercédès qui transportait Shri Mataji, et la voiture transportant les Yogis qui l’aidaient sont partis immédiatement après….

Nous sommes arrivés à la porte de la Résidence. Shri Mataji est entrée dans l'ascenseur. Dès que la porte s'est refermée, nous avons vu les responsables de l'hôtel courir dans les couloirs en hurlant ! De toute évidence, quelque chose d'extraordinaire se passait. Les gens couraient partout et semblaient avoir très peur. Nous avons essayé d'attraper quelqu'un pour savoir ce qui se passait. On nous a dit de courir parce que des terroristes avaient attaqué l'hôtel. Effectivement, nous avons vu par les fenêtres quinze à vingt hommes armés qui couraient vers le bâtiment.
Shri Mataji était ici avec nous, nous venions de faire un puja incroyable et ses vibrations avaient tant pénétré nos cœurs qu’on ne pouvait rien ressentir d’autre que de l'amour et de la paix pour tout le monde. Portant les sacs de Shri Mataji, nous avons pris l'ascenseur et sommes montés jusqu'à sa suite. Les policiers ne permettaient pas aux autres Sahaja Yogis d’entrer dans l'hôtel. Même les bagages et les vêtements de Shri Mataji n'étaient pas autorisés à être montés. Le coordinateur n'avait encore rien dit à Shri Mataji.

Shri Mataji dit qu'elle voulait regarder un film indien et celui-ci était très semblable à ce qui se passait au même moment à l'extérieur : des hommes armés entouraient des bâtiments !

La voiture de Shri Mataji était encore en face de la Résidence et il fallait encore descendre pour aller la garer dans le parking de l’hôtel. En nous souvenant des films d'action que nous avions vus, nous avons commencé à écouter s’il y avait des voix et à descendre par l'ascenseur. Nous avons garé la voiture tout en disant le mantra de "Shri Bhranti" (l'illusion). L'entrée de la Résidence était comme un film d'horreur : les portes étaient grandes ouvertes et pas un seul membre de l’hôtel ni gardien de sécurité n'était en vue. Nous pouvions voir des hommes armés courir dans les couloirs sur les écrans vidéos accrochés sur les murs. Nous nous sommes alors dit en nous-mêmes: "Jay Jay Jagadambe Jagadambe"

Nous sommes retournés à l'étage avec Shri Mataji qui regardait toujours le film. Les gens avaient entendu des coups de feu et deux des balles avaient atteint la chambre voisine de celle de Shri Mataji, là où se trouvaient les Yogis. L'une des balles avait sifflé entre deux des Yogis et avait traversé le mur tandis que l'autre était restée coincée dans le plafond. Le fait que personne n'avait été blessé n'était qu'un autre miracle. Nese, le coordinateur turc, a fermé les rideaux de la chambre de Shri Mataji. Après cela, il a fallu informer Shri Mataji de ce qui se passait à l'extérieur. Nese lui a expliqué la situation :
"Tout va bien se passer, nous a-t-elle dit. Je vais rester ici et ce sera fini demain matin," sans montrer aucune perturbation sur le visage. Puis Elle a fait un bandhan. Ensuite, Elle a demandé à manger son dîner. Le coordinateur et moi-même servions le repas préparé à l'avance. Servir Shri Mataji était l'une des choses les plus merveilleuses et cette nuit-là, cela nous a donné un sentiment de paix sans précédant, de satisfaction et de joie. Nous nagions pratiquement dans les vibrations.
Au même moment, des Yogis ont appelé pour dire que l’un des piliers de la tente du puja s’était effondré peu de temps après le départ de Shri Mataji. Les Sahaja Yogis avaient couru un grave danger mais rien n’était arrivé.
Tout c'était passé en même temps ce soir-là.

On a frappé à la porte. Le Directeur de l'Hôtel était venu nous dire que la sécurité de l'hôtel n'était pas suffisante pour assurer la sécurité de Shri Mataji et qu'il voulait qu'on quitte tranquillement la résidence, car tout le monde était transféré dans un autre hôtel. Shri Mataji a dit qu'elle voulait rester à la Résidence et a continué à visonner son film. Un de nos amis, qui séjournait aussi par hasard à l'Hôtel Suisse ce soir-là, si on peut appeler cela une coïncidence, nous a appelés et nous a dit que les terroristes essayaient de savoir s'il y avait des gens de renom qui séjournaient à l'hôtel.
Nous n’étions que trois femmes en plus de Sadhana Didi (la fille cadette de Shri Mataji), et il n'y avait qu'un seul homme avec nous, qui avait été obligé de nous laisser.

Nous avons alors verrouillé la porte de la suite qui n'était pas du tout sécurisée, mis un canapé devant et nous avons commencé à attendre. Shri Mataji est allée se coucher dans sa chambre. Nous avons continuer à penser aux nombreux scénarios possibles, mais en même temps, une puissance effaçait nos pensées inquiètes au fur et à mesure qu’elles se présentaient à nous.
Nous ne savions pas vraiment quel état son effet, mais après un moment, nous sommes toutes tombées dans un profond sommeil. Notre nuit a été entrecoupée d’appels téléphoniques venant de Sir CP, du Chef du consulat indien, etc…

Les terroristes ont fini par parvenir à un accord avec le ministre turc au moment où Shri Mataji terminait son petit déjeuner le lendemain matin, vers 11h30. »
D’après le témoignage de Sevgi

Voici un article de presse sur cet événement :
http://wtelegraph.co.uk/news/worldnews/europe/turkey/1311180/Hotel-hostages-are-freed-unhurt-after-Chechen-terrorists-surrender-to-Turks.htmlww.
publié par dictionnaire sahaja yoga

2 commentaires:

hanumana a dit…

Merci pour ce témoignage.

jeanne a dit…

Merci pour ce rappel de la toute puissance de notre MERE

Enregistrer un commentaire