jeudi 7 février 2013

La compassion doit circuler

« La seule chose que vous ayez à faire, c'est de vous aimer les uns les autres. le Christ l'a dit trois fois et J'ai du le dire déjà le dire 108 fois: ayez de l'amour les uns pour les autres, c'est la seule façon d’exprimer la compassion. Si Je vous ai donné de l'amour à un moment, vous devez être patient avec les autres, avoir de l'amour pour autrui.
J'essaie parfois de cajoler les gens, et immédiatement Je découvre que les gens se révèlent être des sortes de critiques d’autrui ou quelque chose comme ça.
Or, la chose fondamentale, c'est que si notre compassion circule, nous pouvons alors obtenir la compassion de Mère. J'ai trop donné de compassion et ce que J’en ai tiré, c’est que si vous ne faites pas circuler votre compassion, comment pourrais-Je vous en donner? Je veux dire que maintenant, il n'y a plus d’espace (en vous) pour la compassion. Mieux vaut la distribuer, faire un peu le vide en vous, pour que Je puisse alors vous en donner davantage. C'est une affaire simple. À cet égard, il faut comprendre que la source ne peut s’écouler que si elle développe son cours.

C’est comme la Tamise ; nous sommes allés voir l'endroit d'où elle part. Il s'agit d'un petit ruisseau fait à partir de sept cours d'eau - très petits. Petit à petit, on peut dire goutte à goutte, il est devenu la Tamise. Supposons qu'il ne s’élargisse pas, qui s'arrête dès le départ, il ne pourra pas sortir, ni circuler. Ce n'est pas parce qu'il est en colère ou bouleversé ou quelque chose comme ça qu’il ne peut pas circuler, mais en raison de la nature de son cours ; que faire?
Voilà donc ce que c'est, on doit donner de la compassion aux autres. Cela ne devrait pas être une compassion formelle, ou affectée, mais tout à fait naturelle, très naturelle, un sentiment spontané venant de l'intérieur. Ce n'est pas une expression de votre ego, ou de votre super ego ou qui serait trop sentimentale, mais c'est une sorte de compréhension que l’autre est un Sahaja Yogi, que vous êtes un Sahaja Yogi, que vous êtes frères. Pas d’une façon dont les frères ont été des frères, mais avec un autre type de fraternité, entre frères spirituels. Vous êtes des gens spirituels.

Donc, on doit avoir de la compassion et à moins de développez un sentiment paternel ou maternel passionné envers les autres - Je veux dire que Je suis la mère d'une personne qui est environ âgée de cent huit ans. Vous devez vraiment materner les autres, et avoir ce sentiment de compassion et d'amour envers les autres. Vous n'avez pas à penser à votre propre confort, vous n'avez pas à penser à vos privilèges, mais vous devez penser au confort des autres. Vous devez penser à ce que vous pouvez faire pour que les autres se sentent à l’aise, plutôt que de chercher ce qui va vous fera vous sentir à l’aise.
Alors, quand ce flot de compassion commence, le dévouement est total. Parce que "quel que soit ce que nous avons reçu de vous, Mère, nous le donnons aux autres." Voilà ce qu'est le dévouement. Ainsi, le flot du dévouement n'est pas à sens unique, il est à double sens. Vous vous accrochez à quelque chose, vous vous connectez à quelque chose, pour en obtenir quelque chose, puis vous le donnez aux autres. Et finalement, cela atteint l'Etre collectif, c'est-à-dire que cela (retourne) à la source. C'est sous cet angle que nous devons comprendre le dévouement. »

Shri Mataji Nirmala Devi, conseils aux yogis sur l’importance de la dévotion, Nirmala Palace, Londres, 06/08/1982
Photo: bain de pieds à la source de la Tamise

Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire