mardi 8 janvier 2013

Sahaja Yoga est un yoga intérieur et collectif




« Vous trouverez qu'il est difficile de faire progresser Sahaja Yoga. C’est naturel, parce que vous devez devenir quelque chose. Sahaja Yoga, ce n'est pas que Je vous donne un certificat "maintenant vous faites partie de Sahaja Yoga, vous êtes un Sahaja Yogi". Non. Il n’y a pas de certificat, aucune adhésion, rien. C'est un devenir, c'est à l'intérieur de vous, c’est un yoga interne. Donc, ce yoga interne doit être atteint. Et pour l’atteindre, il n’y a aucun rituel, rien : vous méditez simplement et correctement à la maison et puis vous allez au centre de Sahaja Yoga. Et au centre, bien sûr, ils ont des enregistrements, Je veux dire ce que vous appelez des cassettes audio. Vous les écoutez.

A chaque fois que vous écouterez une cassette audio, vous y trouverez de nouvelles choses. Ce sont des cassettes d’un style très différent. Alors maintenant, si vous écoutez une cassette, écrivez ce que vous avez entendu. Vous écoutez une autre cassette, vous écrivez ce que vous avez entendu. Puis, "manana" (réfléchir, mot sanscrit) réfléchissez à ce que Mère a dit.

Maintenant, beaucoup de gens viennent ensuite et disent : "Oh, Mère a dit que". Ne dites pas, n'utilisez jamais ce "Mère a dit que". Comme dimanche (en allant au centre), vous observez (les autres). Non, vous le pratiquer dans votre propre vie.
Les gens sont très bons pour conseiller les autres. J'ai vu cela, c’est très commun, "Mère a dit que". Il se peut que Je ne l’aie même jamais dit. "Mère a dit que". Vous voyez, il ne faudrait pas dire : "Mère a dit que". C’est ce que vous dites qui est le problème, c’est ce que vous avez à dire qui est le sujet. Ce que vous avez vécu, ce qu’est votre expérience, c’est cela le sujet.

Donc, toutes ces choses peuvent être corrigées, si vous essayez de comprendre Sahaja Yoga dans une perspective globale, si vous essayez de comprendre que Sahaja Yoga n'est rien d’autre que la croissance intérieure de nos racines, qui est atteinte par l'ascension de la Kundalini. Or, il n'y a rien à abandonner non plus. Si Je dis comme ça : "ne faites pas ces rituels et tout cela", c'est différent. Mais vous n'avez pas rien à abandonner comme de renoncer à votre famille, d’abandonner vos études, d’abandonner votre- ce que vous appelez- votre emploi, rien! C'est très bien, ces choses là, vous devrez les garder. Et ces gens qui disent "oh, je n'ai pas envie de travailler maintenant" cela signifie qu'ils ne sont pas des Sahaja Yogis. Vous devez être plus dynamiques, plus enthousiastes, beaucoup plus. Il n’arrive jamais (qu’on dise) : "Je n’ai pas envie de le faire, je ne le sens pas", alors ce n'est pas bon.

Lentement, graduellement, vous devriez trouver que votre état de santé s'améliore. Si votre état de santé ne s'améliore pas, c’est que quelque chose ne va pas. Ensuite, vous trouverez que votre colère diminue. Vous devenez une personne tout à fait normale, votre corps devient souple, pas raide, "si komalangi" (dont la forme est délicate, mot hindi), il devient "komal" (délicat), les mains deviennent "komal", votre discours devient souple, votre comportement devient plus doux, comme certaines personnes, vous voyez, qui parlent comme ça. Ensuite, il deviennent, leurs mains commencent à bouger dans une manière plus harmonieuse, pas artificiellement, mais vraiment. Ils deviennent des gens plus doux en eux pour tout, ils deviennent gentils et très magnétiques, tout va (dans ce sens positif). Vous savez que vous devez vous améliorer dans tous les sens, donc ce comportement extérieur, ce qui est basique, s'améliore.
Deuxièmement, votre intérêt pour les choses basiques s'en va, vous ne vous souciez plus tellement des choses basiques. Vos priorités changent complètement, vos priorités changent entièrement, et bien sûr, comme Je vous l'ai dit, mentalement, physiquement, vous vous sentez vraiment en paix avec vous-même. Aucun problème de ce côté-là. »
Shri Mataji Nirmala Devi, discours aux Yogis de Madras, Inde, 27/01/1986


Sahaja Yoga est un Yoga a deux niveaux : c’est un travail personnel, intérieur, où personne ne va vous guider. On peut bien sûr être aidé et soutenu si on le demande, mais on n’apprend vraiment que par soi-même, par l’expérience directe de la méditation. Donc, c’est un apprentissage intérieur personnel. 

Et l’autre niveau est collectif. Une fois que l’on établit en soi ses vibrations, la rencontre avec d’autres Yogis est très bénéfique, car Sahaja Yoga est un yoga collectif. C’est ensemble qu’on est plus fort, l’union fait la force, c’est bien connu, mais c’est aussi vrai au niveau vibratoire. On se nourrit mutuellement de l’énergie des autres, au sens propre comme au sens figuré. L’un ne va pas sans l’autre pour vraiment s’approfondir, avancer en soi-même. Se couper d’une partie de ces deux aspects, c’est comme utiliser une voiture de course pour faire un trajet en ville : on ne peut pas imaginer ni expérimenter la vitesse de son moteur. 

Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire