mardi 15 janvier 2013

Faut-il avoir de la compassion pour tout?

« Aussi, J’ai constaté une chose psychologique très commune, c’est que les gens commencent à expliquer: "Mère, cette dame doit manquer de confiance (en elle)." Pas du tout, c’est absurde! C'est la plus grande bêtise que J'ai jamais entendue. Les gens n’ont pas confiance en une personne et alors vous dites que cette personne manque de confiance. Je veux dire, tout le monde se sent insécurisé par cette personne. Au contraire, vous dites: "il manque de confiance (en soi)." Ce genre de sympathie est très bien quand elle est exprimée par un psychologue, car il doit obtenir de l'argent de vous. Même si on assassine quelqu’un, il dira: " Oui, oui, c'est vrai qu'il a tué cette personne parce qu’il se sentait peu sûr de lui. Même Hitler était correct parce qu'il manquait de confiance. " C'est bizarre, tout à fait absurde !
Donc, nous devons comprendre que l'agressivité qui est en nous ne vient pas de notre insécurité, mais vient de l'ego et notre nature agressive. Elle ne nous vient pas de notre insécurité. Ceux qui parlent tout le temps de ce manque de confiance sont ceux qui veulent juste expliquer que : "Je l'ai fait parce que j'étais insécurisé." Non, c'est de l’ego, c'est l'ego horrible qui essaie de dominer les autres, utilisez les autres et en faire vos esclaves. Essayez de comprendre: ce n'est pas de l'insécurité, du manque de confiance. Les psychologues ont mis toutes ces idées absurdes (dans vos esprits), et certains Indiens aussi parlent comme ça. Toutes ces idées modernes, méfiez-vous en aussi. Soyez très, très prudents. La façon dont ils ont été implantés dans votre mental, comme : "il faut que nous soyons très sympathiques", "il n’y a rien de tel que le bien et le mal, tout le monde est très correct. "

Nous ne devrions pas avoir toutes ces idées absurdes, nous ne devrions pas. Il faut savoir que c’est quelque chose de très différent : ceux qui sont bons sont bons, et ceux qui ne sont pas bons et sont horribles, ce n’est pas à cause de raisons psychologiques, mais parce qu'ils sont fondamentalement horribles. Et nous n'avons rien à faire avec eux. Ils sont mauvais, et ce sont des génies du mal. Nous ne devrions pas du tout avoir de sympathie envers eux. Ceux qui sont mauvais, sont mauvais, s’ils viennent à Sahaja Yoga, ils seront aussi rejetés, rejetés de façon permanente.
Donc, ne prenez pas parti pour les mauvaises personnes. Ne montrez pas de compassion pour les gens mauvais. S'il vous plaît, essayez de comprendre.

Sahaja Yoga n'est pas le lieu où on fait un organisme de bienfaisance, où nous avons tous les handicapés et tous les mendiants réunis. Ce n’est pas du tout un organisme de bienfaisance. Ne soyons pas extrêmement charitables. Soyons charitables envers les Sahaja Yogis et avec nous-mêmes. Nous n'avons rien à faire avec ces gens horribles (ils ne sont pas cités ici) qui sont anti-Dieu, ils sont anti-Christ, ils sont anti-Divinité….
Alors soyez prudents à ce sujet. Et Je ne suis pas en train de vous enseigner la haine, mais le discernement, on doit faire la distinction entre le bien et le mal. Si vous ne pouvez pas le faire, alors vous serez en difficulté. Donc, ne compatissez pas, ne prenez pas parti pour les gens négatifs.
En outre, J’ai vu que les personnes négatives s’assemblent toujours. Dès que Je vois quelqu’un de négatif, Je découvre une dizaine de personnes autour de lui. Les égocentriques s’assemblent... car ils parlent plus facilement entre eux, c’est à celui qui argumente le mieux. Et ils apprécient cette agressivité mutuelle. Donc soyez prudents. Regardez bien: "où sommes-nous assis, entre des personnes négatives ou positives? Où sommes-nous? Nous devons être au centre. Nous devons être au centre. »
Shri Mataji Nirmala Devi, puja durant l'India Tour, Rahuri, 20 ou 21 (pas sûr) /12/1987

Le mot "compassion" vient du latin "compati" qui veut dire "souffrir". Le mot pardonner vient des mots "par" et "donner", c’est remettre quelque chose à quelqu’un.
Or, une dérive de la psychologie de l’époque consistait à tout expliquer, tout justifier, comme si les actes socialement et moralement négatifs pouvaient tous s’expliquer et se guérir. Les choses sont beaucoup plus complexes que cela. C’est pour cela que de nous jours, on parlera de sociopathe pour un criminel et de psychopathe pour un sadique. On sait mieux identifier les racines de ces handicaps affectifs et psychologiques, mais cela ne veut pas dire qu’il faut les prendre sur soi.

Donc, le pardon n’est pas synonyme de compassion. Le pardon permet de libérer son esprit en ne jugeant pas une personne. Il permet ainsi de lâcher prise et de laisser la partie inconsciente qui est en nous, agir sur les autres. On parlera de vibrations qui agissent.
Le pardon, en tant que pouvoir principal de l’Agnya, agit donc quand on n'est pas identifié avec le problème, quand on ne réagit pas personnellement, mais qu’on soumet le problème au Divin. Soumettre un problème au Divin signifie que nous n'essayons pas de résoudre les choses par nous-mêmes, mais demandons à ce pouvoir et/ou aux vibrations de le faire. Ensuite, nous sommes comme des témoins qui voient les choses sans les prendre sur nos épaules.
La compassion implique par contre une empathie qui n’est pas efficace dans ce cas précis, car c’est une façon d’intégrer l’autre en soi, ce qui ne va pas le guérir, mais va nous affaiblir. Alors que le pardon ne fait que nous renforcer quoi qu’il arrive. C’est ce que Shri Mataji essaye de nous dire ici: il ne faut pas avoir de la compassion pour tout et tout le monde, il faut discerner ce qui est juste de ce qui est fondamentalement négatif. Elle fait aussi référence à un contexte que le discours ne nous permet pas de retrouver.
Un organisme de bienfaisance s'occupe d'aider les gens. Or, Sahaja Yoga donne aux gens les moyens de s'aider par eux-mêmes, c'est très différent. Il n'y a pas de rapport de supériorité vis-à-vis de la personne qu'on "aide", comme dans un organisme de charité, c'est un apport d'égalité et d'enrichissement mutuel.

Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire