lundi 7 janvier 2013

Tagore, quand je marche seule


"Quand je marche seule la nuit

Quand je marche seule la nuit vers mon rendez-vous amoureux, les oiseaux ne chantent pas, le vent ne souffle pas, les maisons se tiennent silencieuses de chaque côté de la rue.
Seuls mes bracelets de cheville sonnent fort à chaque pas et j'ai honte.

Quand je suis assise sur mon balcon à épier le prochain bruit de ses pas, les feuilles bruissent sur les arbres, et l'eau de la rivière est calme comme l'épée sur les genoux d'une sentinelle endormie.
Seul mon cœur bat la chamade - Je ne sais pas comment le calmer.

Quand mon amour vient s'asseoir à mes côtés, quand mon corps tremble et mes paupières tombent, la nuit s’assombrit, le vent souffle sur la lampe, et les nuages dessinent des voiles sur les étoiles.
Seul le joyau dans ma poitrine brille et renvoie sa lumière. Je ne sais pas comment le cacher."

"When I go alone at night" de Rabindranath Tagore publié dans "The Gardener", New York, The Macmillan Company, 1913


When I go Alone at Night
When I go alone at night to my love-tryst, birds do not sing, the wind does not stir, the houses on both sides of the street stand silent.
It is my own anklets that grow loud at every step and I am ashamed.

When I sit on my balcony and listen for his footsteps, leaves do not rustle on the trees, and the water is still in the river like the sword on the knees of a sentry fallen asleep.
It is my own heart that beats wildly -- I do not know how to quiet it.

When my love comes and sits by my side, when my body trembles and my eyelids droop, the night darkens, the wind blows out the lamp, and the clouds draw veils over the stars.
It is the jewel at my own breast that shines and gives light. I do not know how to hide it.

Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire