jeudi 29 novembre 2012

William Blake était aussi un imprimeur

« En prenant en compte (la vie) de Blake, Je découvre un homme solitaire, labourant cette terre avec les graines de la sagesse. Je ne suis ici que pour les récolter. C'est lui qui a planté, arrosé, les graines déjà préparées par Shakespeare, pourrait-on dire. Vous avez eu beaucoup de grands poètes ici, Wordsworth en est un autre qui est vraiment enchanteur et magnifique. Je pense que Wordsworth doit avoir vu le sort de William Blake et qu’il s’est dit qu’il fallait mieux décrire la nature et oublier les êtres humains. Il doit y avoir pensé, se disant qu'il s'agissait d'une terre incorrigible où il ne pouvait rien semer.
Mais quoi qu'il en soit, ce que Blake a fait c'est de vous donner une nouvelle vision et un nouveau concept, parce qu’en Occident, la position du Christ a été réduite à celle de quelqu'un qui n’était qu’un simple être humain. Et maintenant, quand on entend la façon dont les gens le décrivent, J’en suis abasourdie.
D'où ont-ils tiré cette vision? Ont-ils des yeux ou sont-ils aveugles pour parler ainsi à son sujet? J'entends les évêques parler comme ça, tous vos archevêques parler comme ça. N'ont-ils pas peur de Dieu? Qu'est-ce qui va se passer dans ce pays si vous parlez comme ça du Christ? Et vous allez avoir maintenant des photos et des films le montrant comme une personnalité perverse, montrant sa mère nue. Aucun respect. Même Blake, Je ne sais pas si vous l'avez remarqué, peint les êtres humains nus mais pas les dieux. Il n'a jamais peint le Christ nu, il ne l'a jamais peint de cette façon…

Le deuxième point à propos de Blake, c'est qu'il était imprimeur. Nous devrions réfléchir pourquoi il est devenu imprimeur. Pourquoi Blake s’est-il mis à l'impression? Il a décrit lui-même l'enfer où les livres ont été créés et il a décrit comment, pour chaque chakra, nous avons créé un diable et mis ces livres dans les bibliothèques. Je suis- c'est pour ça que Je suis moi-même contre les livres. Mais pourquoi est-il devenu imprimeur? Il est très important de savoir pourquoi il a tant écrit sur l'impression. Voyons les médias aujourd'hui. Les médias, c'est le diable qu’il a décrit. Les médias, c’est ce qui vous a ravagé complètement, croyez-moi, juste pour faire de l'argent sur votre dos, en jouant sur vos faiblesses, vous affaiblissant ainsi que vos enfants, détruisant la société systématiquement. Ce sont les médias qu'il voulait frapper, c'est pourquoi il a pris sa naissance et est devenu imprimeur. Il aurait pu être n'importe quoi d'autre. Aucun poète n’avait été un imprimeur en Angleterre ou ailleurs, c'est Blake qui en est devenu un. C’est parce qu’il voulait montrer, qu'il voulait couper ce media à la racine. Mais comme vous le savez, le mal grandit, que cela vous plaise ou non, et on ne peut pas savoir jusqu’à quel point les médias d'aujourd'hui nous ont détruits, ont détruit nos racines, nos croyances, toutes nos visions sublimes et justes. »
Shri Mataji Nirmala Devi, programme public, anniversaire de William Blake, Hammersmith Town Hall, London, 28/11/1985

Les peintures de Blake décrivent souvent des nus qui n’ont rien de dégradant, car c’est la nudité primitive qui illustre l’innocence première.
Shri Mataji nous a plusieurs fois demandé d’user de discernement vibratoire pour choisir les livres que nous lisons.
Aujourd’hui le pire comme le meilleur vient par le web jusqu’à toucher nos enfants au sein de nos foyers. Les media s’emparent d’une info et le tournent toujours du côté du sensationnel, de la provocation ; il est très rare qu’ils rendent justice à ceux qu’ils ont accusés. 

Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire