mardi 12 mai 2015

N'acceptez aucun esclavage




« Les souffrances mentales sont de deux types, disons que c’est la même chose que ce que l'on est (soit du côté gauche, soit du côté droit).
Un type de trouble mental, c’est lorsque les gens vous oppriment beaucoup, et que vous continuez à porter votre croix. Or, ceci est une idée fausse que les gens ont du Christ. Porter sa croix ne signifie pas que, face à quiconque essayant de vous opprimer, vous devez vous laisser asservir. Personne ne doit vous asservir. Vous devriez totalement rejeter quiconque tente de faire de vous un esclave. Vous devriez dire : "Ham, je suis. Qui êtes-vous pour me dominer? " Qui que ce soit, que vous ayez la peau noire, rouge, ou jaune, personne n'a le droit de dominer autrui dans ce monde.

Et si quelqu'un dit : "Que faire maintenant ? Après tout, voyez-vous, nous sommes de pauvres gens, ou nous sont comme ça, ou il supporte tout ça," alors cette personne fuit le devoir qu’elle a envers elle-même. Ces personnes ne peuvent pas obtenir la Réalisation. Les esclaves ne vont pas devenir des rois. 

Donc, assimiler l'esclavage avec le fait d’endurer, de porter la croix, est une autre confusion des temps modernes. Nous devons accroître le respect qu’on a de soi-même et comprendre que personne, dans ce monde, n’a le droit de nous dominer. Mais alors, que signifie le fait de porter la Croix (pour le Christ)?
Avant tout, les gens de son calibre ne souffrent jamais; c’est juste une galéjade qui se déroule, c’est une lila, un jeu. Ils ne souffrent jamais et même s’ils semblent agir avec souffrance, ils le font parce qu'ils veulent bien le faire. Ce ne sont pas des gens désarmés, ils ne sont pas asservis, et ceux qui pensent que c’est en prenant sur soi, en souffrant, qu’on devient chrétiens, devraient connaître leur fond psychologique. »

Shri Mataji Nirmala Devi, conseils sur l’Agnya, Caxton Hall, Angleterre, 18/12/1978
Publié par dictionnaire sahaja yoga

1 commentaire:

Marie-Odile a dit…

Bravo ! il n'y a pas de plus grande liberté que celle prônée par le Divin lui-même.

Enregistrer un commentaire