jeudi 18 août 2011

Taire le mental


« Il y a quelques années, j'ai eu la chance de me rendre à Hong Kong avec Shri Mataji. Un matin, alors que les autres Yogis étaient sortis, Elle m’a demandé de venir m'asseoir à ses côtés et m’a dit:
- Je vais t’apprendre à méditer.
J'étais assez tout émoustillé: se retrouver face à face avec l’Adi Shakti et apprendre l'art du silence en direct!
- Il suffit d’observer tes pensées. Pour les observer, ton attention s’écarte du processus de la pensée et les deux vagues, (la vague de ta pensée et la vague de ton attention), se frappent l'une contre l’autre et s'annulent mutuellement. (Ses propres termes ont été: "elles inversent leur oscillation"). Puis, commence l'état de "vilamba" (pause entre deux pensée).
Elle m’a dit qu’on pouvait faire cela n’importe quand, en conduisant une voiture, en lavant la vaisselle, on pouvait être avec détachement dans un silence total.
- Fais-le maintenant.
Alors je l’ai regardée et mon mental était complètement vide. Puis je lui ai dit que ce n'était pas un bon test car, de toutes façons, il était difficile d’avoir des pensées en sa présence. Elle a ri et m'a proposé d'essayer de le faire en rentrant chez moi dans le tramway. Cela a fonctionné incroyablement bien. J'étais capable de conserver cet état de conscience sans pensée aussi longtemps que je le voulais.

Maintenant, pour en revenir à l'année dernière en 2010, j’ai vécu des moments très difficiles au travail. J'ai vraiment perdu mes vibrations et je manquais autant de recul qu'on peut l'être (désolé de le dire). Le summum, c’est lorsque mon patron, un dur à cuire qui consomme alcool et tabac sans modération, m'a dit de me détacher! J'ai vraiment eu honte de moi-même et j'ai décidé sur le champ d'aller vérifier mon état à Vashi, de simplifier ma vie et de revenir aux bases de Sahaja Yoga.
Depuis ce jour, j'ai décidé de prendre la leçon de Shri Mataji au sérieux. J'ai observé mes pensées et j’ai commencé à êre assez bon à ce sujet. Je réussissais à calmer mon mental facilement. Puis, je me suis levé à quatre heures tous les jours et j'ai mis tout mon coeur à utiliser les techniques sahaj. Ensuite, j’ai enfin réalisé que les blocages ne viennent que des pensées, et que si je pouvais être en silence, je ne risquais pas de blocages.

Deux semaines plus tard, j'étais à Vashi et après deux jours de "nettoyage vibratoire", seuls restaient quelques blocages ici ou là. Et là, le docteur m'a dit que j'étais totalement nettoyé. Ce fut un choc. Je lui demandais encore une fois si tout allait bien. Il restait sur ses positions. Puis le jour suivant, c'était la même chose. Il me disait qu'il n'y avait aucune raison pour moi de rester. J'étais ravi, parce que je n'avais jamais pensé qu'il était possible d'être totalement néttoyé.
Je me suis rendu compte que j'avais percé le secret de Sahaja Yoga. J'avais réussi à garder le silence du mental et à ne pas avoir de blocages, tout cela grâce à Shri Mataji bien sûr!
S'il vous plaît essayez, ça marche vraiment! »
D’après le souvenir de Mark

On peut pratiquer Sahaja Yoga pendant des années ou depuis quelques semaines, avant de comprendre vraiment ce qu’est la conscience sans pensée. Chacun apprend les choses à son rythme. Un principe de base peut sembler facile pour quelqu’un mais prendre des années pour être assimilé par un autre. La joie du collectif et la paix, le bien-être que la méditation apporte se ressentent immédiatement. Mais lorsque nos chakras sont endommagés, seule la conscience sans pensée permet à la Kundalini de faire son travail de nettoyage subtil. Et pour cela, il faut consciemment mettre son attention au Sahasrara, au-dessus de l’Agnya qui est le siège des pensées.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire