samedi 16 juillet 2011

Confucius





Confucius est né en Chine dans l'état de Lu en 551 avant JC, dans une famille aristocratique mais pauvre, car son père meurt alors qu’il n’a que trois ans.
Sa mère l’encourage à poursuivre des études avec assiduité. A l’époque, la société connaît une période où la corruption, les guerres et l'anarchie sont les bases de la politique, et Confucius est alors attiré vers l'étude des classiques pour accomplir sa vocation d’enseignant. Il fonde ensuite une école.
Après la mort de sa mère, selon la tradition, Confucius ne peut plus exercer de fonction publique pendant trois ans. Il se consacre alors à l'étude de ses autres passions: la musique, les coutumes et textes anciens. Cette étude intense lui permet de comprendre la sagesse des ancêtres et à la reformuler en préceptes, afin d’enseigner à ses contemporains comment bien se comporter en société.
Il vit une vie de quasi nomade avec son groupe d’élèves et ils parcourent la Chine pour instruire de nombreux disciples. A l’âge de 50 ans, le duc Ting nommé gouverneur de Chung-Tu, capitale de l'état de Lu, lui permet de mettre en plan pratique ses convictions éthiques dans le domaine politique.
Son administration est si parfaite que cette période est considéré comme l’âge d'or de l'Etat et, en outre, comme aucun crime n’est commis durant cette époque, aucune des lois pénales n’est appliquée!

Mais les bons résultats provoquent la jalousie et l'hostilité de la cour et Confucius est contraint de quitter Lu. Ainsi commence une autre vie de pérégrinations qui dure plus de 13 ans : il offre ses services à différents princes puis retourne à Lu à 69 ans.

On dit que sept jours avant de mourir, il a fait un rêve l'avertissant de sa mort. Après avoir récité quelques lignes du Livre des odes et avoir regretté de ne pouvoir faire passer ses idées à plus de princes encore qu’il ne l’avait déjà fait, il s’est retiré dans sa chambre pour mourir en l’an 479 avant JC.
Les enseignements de Confucius sont encore activement suivis dans le monde. Son idée est de réformer les sociétés par l'éducation. L’homme noble, dit-il, n'est pas un saint; les saints naissent et demeurent tels, mais les gens peuvent devenir des êtres nobles par l’éducation. Son objectif est d’instruire l’homme noble, pas le saint: «L’homme noble peut acquérir une culture par une étude assidue et une observation des normes anciennes, qui lui donnent une discipline complète."
Avant tout, il recherche l'équilibre dans tous les comportements.


"Connaissant les deux extrêmes, le centre sera connu comme un point d'harmonie entre eux. Le centre est l'état dans lequel ni l'espoir ni la rage, ni la douleur ni le bonheur ne se font sentir. "
" L'harmonie est l'état dans lequel ces sentiments se manifestent, mais obéissent totalement au juste rythme. "
«L'équilibre est la norme du Ciel…L'homme noble met la norme du milieu en pratique sans difficultés. "

L’action en collaboration avec l'étude sont pour Confucius les voies qui conduisent l'homme vers l’harmonie, parce que la connaissance n'a de sens que si elle est transformée en une pratique efficace. :

«Il est nécessaire de connaître le point où s’arrêter, celui où commencer. Sachant cela, on peut se sentir tranquille et obtenir la paix. En obtenant la paix, il est possible de prendre des décisions. Après avoir pris une décision, il est possible d'agir. "
"Qui respecte les principes de sa propre nature n'est pas loin de l’équilibre. Celui qui agit avec les autres comme il aimerait qu’ils agissent envers lui, n’est pas non plus loin de l’équilibre. "

On ne peut que conseiller la lecture du fameux Livre des Tranformations, le Yi King, dont P. Wilheim a fait une excellente traduction.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire