samedi 11 juin 2011

Un souvenir de partage





« Nous étions au Portugal en 1980, dans un petit village appelé Cintra. Nous étions une dizaine de personnes, et nous sommes allés dans une auberge au sommet d'une colline. L'aubergiste avait une cave à vin.
«Il y a du vin dans la cave » dit Shri Mataji au sujet des mauvaises vibrations de l’endroit.
Nous étions tous assis autour de la table rectangulaire et Shri Mataji portait un sari blanc, ses longs cheveux tombaient sur ses épaules. Elle était au centre de la table ; il y avait un panier de pain et de raisins ; nous attendions tous notre souper. Deux petites filles du coin se ruèrent dans le restaurant et Shri Mataji leur sourit, puis elles se précipitèrent à nouveau dehors.
«Réalisées! S’exclama Shri Mataji. J'ai pensé, 'Oh, c’est si mignon, elles sont simplement venues recevoir leur Réalisation. " Elles n’avaient que dix ans environ et n’avaient fait que passer en coup de vent…

"Shri Mataji, s'il vous plaît, pourriez-vous nous expliquer ce qu’est l'eucharistie, la communion chrétienne ?" Demanda Antoinette.
Je me souviens très bien de ce qui s'est passé ensuite. Nous étions sur le point de prendre un peu de raisin. "Attendez"» dit Shri Mataji, et elle posa ses mains sur eux pendant un moment: "Maintenant, vous pouvez prendre le raisin."
Nous avions déjà goûté un peu de ce raisin et son goût était assez moyen: sucré, mais peu goûteux. Après que Shri Mataji eût posé ses mains sur les grappes, celles-ci étaient absolument succulentes, avec une saveur de nectar. Alors on a mangé les raisins, en remerciant Shri Mataji en lui disant combien ils étaient bons.
"Maintenant, prenez ce pain et partagez le entre vous", dit Shri Mataji. Alors nous l’avons fait et j'ai été très étonnée de voir ce qui se passait, car je me souvenais d'une scène qui s'était passé il y a deux mille années. "Vous voyez", reprit-elle, "quand le Christ a partagé le pain entre ses disciples, il a dit: «Prenez-le car ceci est mon corps», parce que ce pain était vraiment son propre corps, il était totalement imprégné de ses vibrations. Parce que le Christ était plein de vibrations, il était pranava, il était lui-même les vibrations. Il pouvait faire passer celles-ci dans le pain et, évidemment, quand les disciples mangèrent de ce pain, ils mangèrent les vibrations du Christ...."

J'éprouvais un respect total, je me trouvais en méditation, car des années de catholicisme ne m'avaient pas fait comprendre ce mystère. Là, d'une manière télescopique, en cinq secondes, Shri Mataji avait démêlé tout ce mystère pour nous … »
Antoinette
Publié par dictionnaire sahaja yoga



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire