samedi 2 avril 2011

Une tâche trop lourde ?



« Il y avait tellement d'aspects extraordinaires que l’on partageait avec Shri Mataji aux premiers jours de Sahaja Yoga. A certains moments, Elle nous enveloppait tous d’une façon si experte dans sa Maya et dans son «jeu» qu'il était effectivement possible de devenir totalement détendu, et envahi du sentiment qu’être en sa compagnie était l'expérience la plus normale, la plus naturelle qui soit, et qu’on pouvait parfaitement bavarder, blaguer, boire du coca et manger des samosas, même regarder la télévision en sa compagnie.



Mais il y avait d'autres moments, où en un instant …naissaient des sentiments de la plus profonde humilité, de reconnaissance et une prise de conscience étonnée d’être en présence d'une personnalité absolument divine. …



En recherchant d’anciennes photos de Shri Mataji avec Danya, il y en avait une, un portrait très émouvant pris dans le début des années 1970, une belle image en noir et blanc… Shri Mataji en regardant cette photo avait dit: "cette photo a été prise après que J'ai ouvert le chakra collectif du Sahasrara. Sur cette photo, j’ai l’air un peu triste." Danya et moi-même nous étions restés silencieux en attendant d'en savoir plus. Shri Mataji était devenue très contemplative. "J’ai l’air très sérieuse sur cette photo. A cette époque, J'ai même arrêté de manger et je suis devenue un peu maigre". ..



Shri Mataji a ensuite exprimé les sentiments qu’Elle avait ressentis en regardant le chakra du Sahasrara collectif de l'humanité. Elle disait qu’avant cet événement, Elle avait toujours su que le moment venu, Elle serait en mesure de trouver un moyen d’oeuvrer pour nous sauver tous. Mais, nous dit-Elle, ce n’était qu’une fois après avoir regardé à l'intérieur du Sahasrara collectif et avoir vu l’entremêlement tortueux des nadis qui révèle tous les problèmes de la condition humaine, qu'Elle avait réalisé à quel point la tâche serait difficile et complexe, et à quel point les être humains étaient abîmés. Ce sont ces émotions, la prise de conscience de l'énorme tâche qui l'attendait, qu'Elle avait vu se refléter sur cette photo, sur son visage. Il n'y avait rien que Danya ou moi-même puissons dire, après cela. Tout ce que nous pouvions faire, c’était de rester assis en silence, ressentant un énorme sentiment de gratitude envers la compassion profonde et étonnante de Shri Mataji, sa capacité à assumer des fardeaux trop lourds, pour que chacun d'entre nous puisse transcender notre condition et vivre une vie meilleure. »


D’après le souvenir d’Herbert
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire