mercredi 20 avril 2011

Les chats



Nous avons tous plus ou moins eu des préjugés envers certains animaux. Voici plusieurs souvenirs qui nous racontent des histoires de chats.


« Cette petite histoire qui s’est déroulée lors de la première visite de Shri Mataji Shri à Graz, en Autriche (1986 ou 1987).
Nous avions entendu dire que les chats n’étaient pas de bon augure. On avait pris l’habitude de les distinguer en fonction de leur réaction aux vibrations : si un chat continuait à ronronner sans autre réaction, nous savions que le chat était OK. Mais s’il réagissait aux vibrations en crachant et hérissant les poils de sa queue avant de disparaître bruyamment, alors nous savions que nous avions rencontré un qui n'était pas OK.

Nous vivions alors dans une maison avec d’autres Yogis dans la périphérie de la ville, juste à côté d'une forêt. Dès que nous avions emménagé, un chaton nous rendait visite presque tous les jours ; elle aimait avoir un petit bol de lait, puis s'endormait aux pieds de la photo de Shri Mataji. On aimait tous ses visites et on s'était habitué à elle, comptant la petite chatte comme un membre légitime de notre maison.
Puis, on apprit que la visite proche de Shri Mataji a été annoncé. Nous avions mis la maison sens dessus dessous pour faire le ménage et avions totalement oublié le chat.

Lorsque Shri Mataji arriva enfin, Elle se tenait debout dans l'entrée pour la cérémonie de bienvenue, quand tout à coup la petite chatte apparut et alla directement aux pieds de Shri Mataji ! Voyant cela, j’ai essayé autant que j'ai pu d’inciter la chatte à partir de là, sans succès. Shri Mataji remarquant mes tentatives, ainsi que le chaton à ses pieds, dit en souriant: "laisse-la, elle sait où trouver les vibrations les plus cool! »
Herbert






« J'étais à New York avec Shri Mataji dans les années 80 quand elle était en chemin pour accorder une interview à la télévision à Los Angeles. Une Sahaja Yogini du coin avait prêté son appartement pour lui offrir une pause sur le trajet. Une fois qu’elle fut partie pour aller travailler, Shri Mataji décida d'aller prendre un bain.
Depuis le couloir, je fus surprise de l'entendre parler à quelqu'un alors que je savais que personne d'autre n'était à la maison. Peut-être que la propriétaire de l’appartement avait oublié quelque chose, ou était revenue plus tôt?
J’allai voir qui se trouvait là et je ne trouvai que Shri Mataji parlant tendrement à un gros chat pelucheux: "C’est si agréable de te voir, comment vas-tu maintenant?" demanda-t-elle au chat.
Dès lors, le chat suivait constamment Shri Mataji. Il resta même assis sous sa chaise quand Shri Mataji s'absenta pour faire des courses, refusant de bouger même pour aller manger!
Cela m’a vraiment permis de dépasser quelques-uns de mes conditionnements sur les chats! »
Danya

« Je ne savais rien au sujet de chats en 1983 quand j'étais enceinte de 7 mois et avais décidé de rester chez des Yogis à Vancouver pendant un certain temps…Mon humeur variait beaucoup et parfois, même si être enceinte me faisait me sentir mieux comme jamais auparavant dans ma vie, des vagues de sentiments négatifs me submergeaient par moment.

Il y avait un énorme chat noir qui vivait dans la maison. Je suis allergique aux chats et je l’évitais la plupart du temps mais elle me suivait partout. Quand j'étais assise, elle essayait souvent de s'asseoir sur mes genoux et je la repoussais systématiquement.
Un jour, je me sentais tellement fatiguée et malheureuse que je n'eus pas l’énergie de la repousser et elle sauta sur mes genoux. Elle me faisait face, sa tête et ses pattes avant sur le dessus de mon ventre de femme enceinte et ses pattes de derrière sur mes genoux, et s’endormit rapidement, ronronnant aussi fort qu’un moteur d’Alfa Romeo. Je pouvais sentir la vibration de son ronronnement jusque sur mon dos.
Il ne me fallut que quelques minutes pour réaliser que je me sentais beaucoup mieux, même joyeuse. Je regardai le chat et lui demanda «c’est toi qui as fait ça?". Et, elle, les yeux à moitié ouvert, me regarda pour se rendormir tout de suite...Je m’étais alors sentie beaucoup mieux et très équilibrée pour le reste de la journée.
Au cours des semaines suivantes, si ces vagues de sentiments négatifs me prenaient, ce chat arrivait miraculeusement et venait avec moi. Je l'invitais à s'asseoir sur moi, et en très peu de temps je me sentais mieux. Et c’était un chat noir… Ce pouvoir de soulagement des chats est peut-être ce que les anciens Egyptiens avaient découvert en eux ... qui sait ? »
Lia
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire