samedi 23 avril 2011

Pas d'organisation appelée Sahaja Yoga





« Tous nos problèmes viennent de l'être humain. Si l'être humain est transformé en (découvrant) un nouveau domaine de la réalité, de conscience collective, en devenant conscient de soi-même, la connaissance du Soi, et aussi en devenant conscient des autres de l’intérieur, ce qui signifie une connaissance innée de leur système nerveux central, tous les problèmes de vie personnelle, sociale, économique et politique seront résolus. Mais pour cela, il faut devenir humble et savoir que la science ne peut expliquer comment fonctionne le processus de la vie. Les principes de ce pouvoir ne peuvent être compris que lorsque l’on ressent ce pouvoir après avoir reçu la Réalisation du Soi.


Sahaja Yoga n'est pas seulement une mode, un culte ou une autre alternative. Ainsi, il n'existe pas d'organisation en tant que tel dans le yoga Sahaja. Il n'y a pas d’adhésion, de qualité de membre de Sahaja Yoga, sauf que nous devons avoir une société par actions (trust). Nous devons gérer les questions juridiques par ce "trust", mais il n'a pas de liste permanente de noms de personnes.

Ce n'est pas un organisme mort, mais un simple organisme vivant et collectif. Le corps a des cellules, après la Réalisation du Soi, l'Esprit des cellules est éveillé par Sahaja Yoga. L'être du chercheur doit en fait grandir par l’éveil de la Kundalini. Le devenir est important.



Lorsque la Kundalini s’élève, on peut facilement ressentir la brise fraîche qui sort de sa zone de fontanelle sur le dessus de la tête. On peut se sentir par soi-même, et on doit se le certifier. ... Même après avoir ressenti ce pouvoir, on doit comprendre que cette Kundalini n'est pas encore totalement établie. En termes ordinaires de mécanique, on peut dire que la connexion n'est pas établie. On doit y travailler.

Bien que la germination d'une graine soit spontanée, le jardinier doit maintenant s'occuper de la jeune pousse. De la même manière, un chercheur doit s'occuper au début de sa Réalisation du Soi... On n'a pas besoin d’aucun conseil émanant d’un quelconque gourou. On devient son propre maître, ne cherchant plus à tâtons dans l'obscurité, un possible soutien. On devient une personne absolument libre. »
Shri Mataji Nirmala Devi, le livre Sahaja Yoga, page 8, publié par VND.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire