lundi 3 janvier 2011

Sat-chit-ananda, le point précédant la Création



« Nous disons que Dieu Tout-Puissant est “sat-chit-anand”. “Sat” signifie la vérité. Nous comprenons la vérité comme étant relative, selon la terminologie humaine. Mais la vérité dont Je vous parle, c'est l'Absolu, d'où toutes les relations émergent. Je vais vous donner un exemple pour que vous compreniez. La Terre possède des océans, des rivières et on peut dire toutes sortes d'eaux, mais la Terre les enveloppent tous. Si la Terre Mère n'était pas là, rien de tout cela n'aurait pu exister. Ainsi, nous pouvons dire que la Terre Mère est le support de ce qui existe sur terre. Elle nous enveloppe. Elle existe dans l'atome, elle existe dans les hautes montagnes, car les éléments (qui les composent) font partie d'elle.

C'est la même chose pour Dieu Tout-Puissant. La partie de Dieu qui est “Sat”, la Vérité, est le support de toutes choses créées ou non créées.Un autre exemple que vous allez vous essayé de comprendre, c'est comment le “Sat” est le “Purush”, le Dieu qui ne prend pas une part effective à la création elle-même, mais qui en est le catalyseur. L'exemple peut être comme suit: je travaille, je crée tout, mais j'ai une lampe dans la main. Sans lumière, je ne peux rien faire. La lumière est le support de mon travail, mais la lampe n'agit en aucune façon sur ce que je fais. De même, Dieu Tout-Puissant est juste le témoin, comme une lumière.
Mais une autre des ses qualités est “chit”, l'attention. Quand l'attention est attirée, ... ou quand elle pulse ... c'est par son attention que Dieu commence à créer. Et il a une troisième qualité que nous appelons “anand”. “Anand” est le sentiment de joie de Dieu devant sa perception, sa création, c'est la joie qu'il reçoit.
Ces trois aspects “sat-chit-anand” au moment de leur rencontre où ils sont à un point zéro, deviennent ensuite le principe de Brahma. Lorsque ces trois choses ne font qu'une, là où le silence est total, rien n'est créé et rien n'est manifesté, mais la joie ne fait qu'un avec l'attention, parce que l'attention a atteint (le point où) elle se fond dans la joie, la joie s'est unifiée à la vérité.»
Shri Mataji Nirmala Devi, sur l'Esprit, Circa 1983, publié dans “Nirmala Yoga” Vol. 3, No. 16
Le moment ainsi décrit est celui qui précède la Création, là où le principe de Bhrama qui est le Dieu créateur n'est pas encore en action(c'est à dire qu'il n'est pas encore différencié en témoin-agissant, en Sadashiva et Adi Shakti). Il faut que l'attention de Dieu atteingne un point où elle se joint à la joie et à la vérité pour que la création débute.

“Purusha” est avant tout un principe dualiste, c'est à dire qui se définit par opposition à “Prakriti” dans le processus de la création. Purusha est l'Esprit, le principe masculin et Prakriti est la Matière, le principe féminin.
"Purusha" est donc la pure Conscience non-manifestée, par opposition à "Prakriti", qui est l'énergie de la manifestation par laquelle les univers se déploient.

Dans les Écritures sacrées qui ont été révélées aux anciens prophètes, les quatre Védas, il existe une description du "Purusha" dans le Rig Veda:

“il a mille têtes, mille yeux, mille jambes, inclue la Terre dans son corps, se diffuse dans toutes les directions, à l'intérieur de l'animé comme de l'inanimé “ ce qui se rapproche de la description du Virata donnée dans la Bhagavad Gita. Idem dans les Upanishads, la section philosophique des Vedas, où "Purusha" est présenté comme Brahma en tant qu'Homme Cosmique, à l'instar de Shri Krishna quand il est révélé à Arjuna sous son aspect de Virata.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire