mardi 28 décembre 2010

Les sept niveaux de perception





« Comme vous savez que selon les Védas, il y a sept types de perception, nous pouvons examiner les qualités subtiles que nous possédons à l'intérieur de nous-mêmes (liées à ces perceptions).
La première a été le "bhuh", c'est Ganesha qui a été créé. (Mooladhara)
La deuxième c'est "Bhuhvaha", qui signifie tout ce qui est créé autour de nous. (Swaddisthan)

La troisième qualité est celle de "swahah" au chakra du Nabhi. "Swahah", c'est celle où vous consommez tout...
Mais parallèlement, il y a aussi une autre grande chose en nous appelée "swadah" grâce à laquelle on soutient le dharma en soi. "Swadah", c'est le dharma de tout...

Ce n'est pas une foi aveugle, mais une impulsion motrice intérieure. Pourquoi aimons-nous nos parents ? Car il y a un dharma en nous. Pourquoi vivons-nous dans notre pays ? Car il y a un dharma en nous. Tous ces dharmas existent là (en nous). Pourquoi une femme aime son mari, un mari sa femme ? Car il y a du dharma en nous. On ne peut pas l'appeler "religion", car cela peut signifier autre chose. C'est le soutien, "dharaiti" ("dhara" signifie "soutien"). Lorsque nous soutenons le dharma, il devient "swadah". C'est notre capacité, notre qualité, on peut l'appeler une compréhension innée. Certaines de ces qualités se retrouvent même chez les animaux, comme l'attachement aux parents, l'attachement au maître.

Puis vient la perception la plus haute, c'est le "mana", qui n'est pas le mental. Il existe une confusion, une grande confusion : on dit "mental", mais la langue anglaise est vraiment déroutante, car "mana" signifie "ce par quoi nous avons des émotions" ...(Anahat)

...Il y a alors une autre perception en nous, une autre capacité en nous, une autre impulsion motrice innée, c'est le "jana". "Jana", ce sont les gens, la communication. (Vishuddhi)...

Ensuite vient la sixième perception interne qui est très intéressante. Un (aspect) est celui des conditionnements...Ces conditionnements nous viennent par le sixième centre de l'Agnya. Et l'autre aspect, que nous développons quand quelqu'un essaye de nous conditionner ou de nous contrôler, et que nous essayons de sortir de cela, où quand nous essayons de dominer (c'est l'ego). Cette capacité à dominer est aussi en nous, innée. Ces deux aspects sont innés...
Finalement on atteint le stade des "tapas", des austérités, au niveau du sixième centre. (Agnya)

Puis c'est le stade de la vérité, Sat, (Sahasrara). La Vérité vous vient par (la Réalisation) Sahaja Yoga, au niveau du cerveau, dans la zone limbique. Lorsque la Kundalini pénètre la zone limbique, elle l'illumine. Elle créé des personnalités illuminées, puis elle se joint au pouvoir Omniprésent de l'Amour Divin. Et cet Amour Divin vous transforme, vous change totalement.»
Shri Mataji Nirmala Devi, puja de Noël, Ganapatipule, Inde, 24/12/1995

En Sanscrit, "bhuh" désigne la Terre. "Bhuvah" , dont la racine est "bhu", veut dire entre autre "exister". Or c'est Brahmadeva qui créé et il se trouve au chakra du Swaddisthan.



"Veda" signifie en Sanscrit, "vision, connaissance". C'est une connaissance révélée par Dieu aux sages, les Rishis, que les brahmanes se sont transmis oralement. Les premiers textes de la tradition védique s'écrivent entre 1800 et 1500 av. J.-C. mais cette connaissance est beaucoup plus ancienne. Les textes sont réunis peu à peu en collections nommées "Samhita". Les trois premiers recueils sont appelés les "Triple Véda". Le premier recueil réunit des stances, c'est le Rig-Veda, le deuxième est formé de chants rituels, c'est le Sama-Veda. Le troisième est une collection de formules sacrificielles, le Yajur-Veda.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire