mardi 5 janvier 2010

Le serpent dans la Bible



Le serpent représente la Kundalini qui est lovée dans l’os du sacrum en trois tours et demi. Il représente aussi l'Adi Shakti, la Mère Primordiale, qui est dans la Bible la Sophia, ou dans le Nouveau testament, le Saint-Esprit.

Cette symbolique du serpent existe dans de nombreuses civilisations anciennes.
La présence du serpent dans la Bible a été fortement diabolisée pour évincer les traces restantes du culte de la Déesse et de la Kundalini. Il reste, néanmoins, certains passages très importants où le sens du serpent revêt un aspect positif et n’a pas été totalement détourné.

Dans la Bible, alors que le peuple est dégoûté de la manne céleste et se plaint auprès de Moïse de cette nourriture fade, regrettant son esclavage en Egypte :
« Alors Jéhovah envoya contre le peuple des serpents brûlants, qui le mordirent ; et il mourut beaucoup de gens en Israël. Le peuple vint à Moïse en disant : "Nous avons péché, en parlant contre Jéhovah et contre toi. Prie Jéhovah, afin qu'il éloigne de nous ces serpents."
Moïse pria pour le peuple, et Jéhovah lui dit : "Fais-toi un serpent brûlant et place-le sur un poteau ; quiconque aura été mordu et le regardera, conservera la vie." Moïse fit un serpent d'airain et le plaça sur un poteau, et si quelqu'un était mordu, il regardait le serpent d'airain, et il était sauvé.
Nombres, 21
Si le serpent représentait vraiment le mal, alors pourquoi Dieu demanderait-il à Moïse de lui constituer un autel afin que les hommes le vénèrent et le prient pour être guéris ?
A moins que ce serpent ne représente la Kundalini et son pouvoir de guérison.
 
Ici, le serpent est l'emblème de la prudence et est associé à la Colombe, un autre symbole de l’Esprit Saint :
« Voici que moi, je vous envoie comme des brebis au milieu des loups ; soyez donc habiles comme les serpents et candides comme les colombes. »
Matthieu, chapitre 10, 16.

Jésus ressuscité s’adresse aux onze apôtres :
Puis il leur dit : « Allez par tout le monde, et prêchez l'évangile à toute créature.... Et voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom, ils chasseront les démons, ils parleront de nouvelles langues, ils prendront les serpents, et s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal... »
Saint Marc, chapitre 16, 15-18

« Si vous ne croyez pas quand Je vous parle des choses qui sont sur la terre, comment croirez-vous si Je viens à vous parler de celles qui sont célestes ?... Comme Moïse a élevé le serpent dans le désert, il faut de même que le Fils de l'homme soit élevé, afin que tout homme qui croit en lui ait la vie éternelle. »
Evangile selon saint Jean, chapitre 3, 12-15

Cette prière catholique est très employée : "au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, amen".
Le Christ, fils de l'homme, a été élevé à un rang égal à Dieu et au Saint-Esprit par sa Résurrection. Ici, il est dit qu'il doit être élevé, c'est à dire, qu'il doit rejoindre son Père au niveau divin, comme le serpent a été élevé par Moïse. Donc, Moïse a donné au serpent une place égale à celle du fils de Dieu, car il est le serpent est le symbole du Saint-Esprit, de la Mère Primordiale.
Image de Reymond Pierre, Histoire de Moïse, émail peint, 1544, musée d’Ecouen.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire