mercredi 6 janvier 2010

Le serpent Kundalini du Mali selon Sahaja Yoga


Les faits :
Dans les collections occidentales et sur le marché de l’art, on peut trouver de nombreuses sculptures figuratives en terre cuite provenant du Mali : les sculptures de «Djenné». Cependant, les recherches scientifiques faites par l’équipe du Department of Anthropology de la Rice University à Houston, (dirigée par S. et R. Mc Intosh) sur le site archéologique de Djenné-Jeno, en 1979, n’en ont mis à jour qu’une seule, datant entre les 11e et 14e siècles après JC.

Un programme de recherche international et interdisciplinaire en Afrique de l'Ouest, a découvert en février 2009, une sculpture de style «Djenné» en Pays Dogon. Cette découverte bouleverse toutes nos connaissances sur ces fameuses terres cuites !
Cette statuette représente un serpent avalant une vache. Les « scans » mettent en évidence un assemblage en quatre parties : le socle, le corps du serpent, sa tête, ainsi que la tête du bovidé. De plus, le laboratoire des Musées d'Art et d'Histoire de Genève, a permis de montrer que la pièce était entièrement peinte en rouge.

Des paysans, lors de labours au sommet d’une légère éminence de terrain, ont trouvé cette statue qui était déposée à l’intérieur d’une grande jarre retournée. Elle pourrait représenter le «Lébé», le serpent mythique consommant une vache sacrifiée, comme le relatent les récits du peuple des Dogons, qui décrivent les premiers rituels accomplis à leur arrivée dans la région.

L’interprétation :
Les rapports avec les symboles de la Kundalini sont ici exemplaires. Le serpent, symbole universel de la Kundalini, est ici enroulé sur lui-même ; il appartient à des mythes sacrés, plus anciens que le peuple Dogon.

La grande jarre, rappelant la Kumbha en Inde, la cruche de l'Ere du Verseau, est aussi un symbole très fréquent. Elle représente le réceptacle de la Kundalini, l’os du sacrum. Elle est renversée pour montrer que la Kundalini y réside à l’abri.

La structure en quatre parties, le petit monticule de terre et la couleur rouge rappellent Shri Ganesha : le chakra du Mooladhara possède quatre pétales ou valences, son élément est la terre et la couleur qui lui correspond est le rouge. Shri Ganesha est le protecteur de la Kundalini car ce chakra est son support lorsqu’elle séveille et remonte le long du canal central.

La vache est une incarnation de la Déesse et le fait que le serpent l’avale pourrait aussi signifier qu’il ne fait qu’un avec elle : que la Kundalini est l’expression de l’énergie de la Grande Déesse.
Pour plus d’informations, n’hésitez pas à contacter le Professeur Eric Huysecom
(tel : ++41 22 379 69 73).
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire