mardi 15 mai 2018

La Terre Mère est en nous

« Maintenant, ce qui a remplacé notre compréhension, c’est très simple: c'est que nous accordons plus d'attention à l'argent. Si vous pouvez couper un arbre, vous dites, pour faire de l'argent, alors cela heurte la Mère. Mais si vous pouvez couper l'arbre pour l'embellir, alors elle est heureuse. Son discernement est si grand, voyez la façon dont elle produit des fleurs. Différents types de fleurs; à différents pays, différents types de fleurs.
Comme moi, J'ai vu dans mon pays que les fleurs sont extrêmement parfumées, très parfumées. Et elle comprend vraiment. Un jour, Je suis allée en Australie et il y a cette fleur que vous appelez hibiscus, c'est une fleur rouge, elle devient rose puis rouge, imaginez! Elle devient d'abord rose puis progressivement rouge. Même le tournesol tourne son visage avec le soleil. Or, comment pouvez-vous dire qu'il n'y a pas de lien entre un tournesol et le soleil? Il continue de tourner automatiquement.
Donc, ces fleurs d'hibiscus sont celles que nous utilisons pour vénérer Shri Ganesha, et le programme, c’était de vénérer Shri Ganesha. J'ai vu tant d'hibiscus en fleurs sur le chemin. J'ai dit: "En ce moment il y a tant de fleurs. Je pense que vous feriez mieux de prendre ces fleurs pour le puja." Je m’y suis rendue et quand Je suis arrivée à la salle, tous les Sahaja Yogis s’étaient procuré des hibiscus par eux-mêmes. Je ne leur en avais jamais parlé, simplement d’eux-mêmes. Ils ne savaient pas que c’est ce qu’on utilise pour Shri Ganesha mais c’est la Terre Mère qui les avait elle-même créés à ce moment-là.
C'est à l’époque de Shri Ganesha qu’il faut se procurer des hibiscus. C'est très remarquable comment la nature se trouve vraiment en nous et comment ce qui est en nous, quoi que ce soit, guide l'extérieur et reçoit les bénédictions. Nous ne sommes pas séparés, cette Terre-Mère est notre foyer - nous avons un foyer en elle et elle a un foyer en nous-mêmes.

J'ai dit aujourd'hui que Shri Ganesha avait un corps d'argile, juste de l'argile ordinaire. Donc, vous pouvez imaginer, si vous pouvez vraiment y penser, à quel point cet univers entier nous a créés. Tout est en nous et quand nous essayons de blesser quelque chose, alors nous nous blessons nous-mêmes. L'intelligence de la Terre Mère, Je l'ai vue dès mon enfance, c’est une chose si belle que de connaître la nature et la Terre Mère. C'est pourquoi tous les saints, en Inde en particulier, allaient vivre dans la forêt. Ce n’est que dans la forêt qu’on pouvait voir clairement comment cette obéissance primordiale était totalement consentie, absolument et facilement consentie par la nature. Pour nous c'est difficile, nous sommes plutôt des gens "libres". Des choses simples, des choses simples comme le fait qu’une femme devrait toujours correctement couvrir son corps, parce qu'elle respecte son corps, elle respecte sa chasteté.
Mais si vous dites cela à quelqu'un, personne n'écoutera. Comme vous voyez les arbres à feuillage persistant, ils sont toujours vêtus, aucune feuille ne tombe. Je dis que ce sont des femmes, et les autres arbres, à feuilles caduques, perdent leurs feuilles, donc Je les appelle des hommes. Parce que ce sont des hommes.
J’ai vu ici que c’était l'inverse. J'avais l'habitude de me rendre à n'importe quelle fête, d'une manière ou d'une autre, les gens pensaient que J'étais quelqu’un de très serein. Vous rencontriez quelqu'un: immédiatement l'homme se reboutonnait et la femme se dévêtait. J'ai dit que le cerveau en entier marchait à l’envers. C'est tellement stupide! Mais même pour Mme Thatcher, on m’a dit que: "C'est notre culture de voir les femmes exposer leurs corps." Pourquoi? Sont-elles des prostituées ou quoi?
Donc cette folie d'exposer son corps est devenue si forte maintenant que même en Inde, si ce n'est dans la rue ou dans la maison, mais au cinéma, dans les films, vous voyez des femmes - vraiment cela n'arrive jamais en Inde. Ce que vous voyez dans les films, n'arrive jamais! »
Shri Mataji Nirmala Devi, Ganesha puja, Cabella, 07/09/1997

C’était vrai à l’époque. Mais de nos jours la société indienne a beaucoup changé et l’industrie du cinéma a tellement endoctriné les esprits, est tellement tournée vers un érotisme systématiquement suggéré, que des femmes sont attaquées dans la rue.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire