lundi 29 août 2016

Comment faire avec les personnes difficiles?


« Maintenant que nous sommes ici pour nous améliorer et grandir, nous devons comprendre comment le faire. Il ne faut pas se trouver des excuses. Il est très facile de dire: "Oh ma santé n’est pas bonne, peut-être que c’est à cause de quelqu'un, je ne suis pas doué pour cela, je suis une mauvaise personne." Toutes ces sortes de choses. Ce n’est que vous trouver des défauts, pourquoi faire?...
Quelqu’un pourrait dire: "Non, je n'ai rien fait de mal vous voyez, je vais continuer comme ça". Et que cette personne restera silencieuse, réservée, ne dira rien, mais se retrouvera rapidement (avec un Vishudhi bloqué). Elle ne sourira pas ne rira pas, vous voyez, elle perdra la collectivité. Mais que gagne-t-elle? Je veux dire, on ne va pas continuer avec ces choses frivoles toute sa vie, n’est-ce pas?

Il faut aller plus loin. Et où faut-il aller? Jusqu’à l'état de témoin. Vous devez être en état de témoin. Tant que vous ne prenez pas de distance avec les choses, vous ne gagnez rien. Et comment prend-t-on de la distance? En voyant l'inutilité du genre de caractère anguleux que vous avez. Soyez simplement le témoin de la dramaturgie. Soyez simplement le témoin vous-même, comme un acteur. Voyez juste que ces choses se produisent, d'accord, alors pourquoi s’en inquiéter."
Vous devriez aimer autrui. Vous devriez être d’humeur aimante et de bonne humeur et d’humeur joyeuse. Vous ne devriez pas vous soucier de ce qui va se passer pour vous ou pour les autres. Soyez témoin du jeu dans son ensemble comme une personne détachée.
Continuez à être témoin du jeu et de la façon dont il se développe, vous deviendrez une personne très aimable et collective. Bien sûr,.. il y a des difficiles, qui sont impopulaires, personne ne les apprécie, ce genre de personnes. Ils ne comprennent pas que la collectivité est importante. Ils trouveront des erreurs chez tout le monde mais pas chez eux et ils continuent à être ainsi. Quelque foi ils s’améliorent un peu puis ils redescendent. Mais il faut se distancier d’eux, cela ne justifie pas votre propre comportement.
Je dirais, supposons que quelqu'un soit comme ça. Prenez X, Y ou Z qui soit comme ça, c’est difficile, il n'a pas de collectivité, par exemple, disons que ce soit le cas. Vous voyez? Alors maintenant, que devrait être votre attitude? Devriez-vous être affecté par cela? Pas du tout, si vous êtes un état de témoin. Devriez-vous être enchanté de cela ou bloqué par cela ou devenir comme ça? Pas du tout, parce que vous êtes un être collectif.
Quelle est la troisième chose que vous pouvez faire? Pouvez-vous me le dire? Avec un de gens aussi difficiles, qu’allez-vous faire avec ce genre de personne? Que devrions-nous faire avec une telle personne? S'il y a une personne difficile avec nous, il y a des gens qui éprouvent de la haine. Ils détestent une personne. Nous ne pouvons pas les parfaire, nous ne sommes pas censés les parfaire. Sommes-nous nous-mêmes parfaits? 
Alors que devons-nous faire?
Sahaja Yogini: On devrait l'aimer davantage.
Shri Mataji: Oui, c’est vrai, on devrait l'aimer davantage. Mais parfois, quelqu’un peut se méprendre sur votre amour. Non seulement cela, mais il pourrait devenir plus agressif, parce qu'il prend votre amour pour acquis. Que doivent faire les Sahaja Yogis?
Sahaja Yogis: Le shoebeater.
Shri Mataji : Oui, c’est l'une des choses. C’est très simple, très proche de vous, que vous oubliez. Sahaja Yogis: Travailler sur lui.
Shri Mataji: Quoi?
Sahaja Yogis: Travailler sur lui Mère.
Shri Mataji: Très bien. Mais encore plus simple. Qu'est-ce que c'est?
Sahaja Yogi: Lui faire un bandhan.
Shri Mataji: C’est cela, mais encore plus simple que cela.
Sahaja Yogi: L’ignorez.
Shri Mataji: C'est votre style humain, pas celui d’un Sahaja Yogi.
Sahaja Yogi: Lui dire de ne pas continuer ces absurdités.
Shri Mataji: C'est à nouveau humain, tout le monde fait cela. Quelle est la spécialité des Sahaja Yogis? Shri Mataji rit Maintenant, Gavin utilise son cerveau. Utilise ton cœur!
Sahaja Yogini: Vous prier, Mère, que tout aille bien.
Shri Mataji: Voilà, c’est cela, elle l’a dit. Laissez-le moi. Elle l’a dit. Voilà comment Linda a si bien réussi. Laissez-moi faire. Si vous croyez en moi, alors ne vous inquiétez pas, laissez-moi faire. Tout ce que Je dis, comment traiter cette personne, écoutez-moi simplement.
Laissez- moi faire. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Krishna Puja, Gillian’s House, Hove, 12/07/1981
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire