mercredi 30 mars 2016

III Marie-Madeleine dans la Bible

La tradition des premiers chrétiens admet à Marie-Madeleine une place essentielle parmi les disciples du Christ.
« Il y avait aussi des femmes qui regardaient de loin. Parmi elles étaient Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques le mineur et de Joses, et Salomé, qui le suivaient et le servaient lorsqu'il était en Galilée, et plusieurs autres qui étaient montées avec lui à Jérusalem. »
Évangile de Marc, 15, 40-41

Elle est présente au côté du Christ jusqu'à la crucifixion.
« Près de la croix de Jésus se tenaient debout sa mère, la sœur de sa mère, Marie femme de Clopas et Marie de Magdala. Voyant ainsi sa mère et près d’elle le disciple qu’il aimait, Jésus dit à sa mère : "femme, voici ton fils". Il dit ensuite au disciple : "Voici ta mère." Et depuis cette heure là, le disciple la prit chez lui. »
Évangile de Jean, 19, 26

On ne peut que s’interroger sur la nature masculine du disciple "le fils, lui" dans cet extrait: de qui s’agit-il? Qui est l’intrus et quand est-il apparu? Puisqu’on est en présence d’un groupe de 4 femmes ? Un homme serait-il venu avec elles ?
Ce n'était pas vraiment l’usage, puisqu’il est indiqué que les femmes sont souvent à l’arrière des hommes.
D'ailleurs est-ce que ce sont les hommes ou les femmes qui s'occupent de leurs aînés? Si par contre, on remplace le masculin par le féminin, "la disciple, elle" alors le texte prend un tout autre sens qui sera en accord avec celui ds textes gnostiques.

C'est Marie-Madeleine que le Christ choisit pour témoigner de sa Résurrection. On peut donc la considérer comme l'une des figures fondatrices du christianisme.
« Lorsque le sabbat fut passé, Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques, et Salomé, achetèrent des aromates, afin d'aller embaumer Jésus. Le premier jour de la semaine, elles se rendirent au sépulcre, de grand matin, comme le soleil venait de se lever. Elles disaient entre elles: Qui nous roulera la pierre loin de l'entrée du sépulcre?
Et, levant les yeux, elles aperçurent que la pierre, qui était très grande, avait été roulée.
Elles entrèrent dans le sépulcre, virent un jeune homme assis à droite vêtu d'une robe blanche, et elles furent épouvantées. Il leur dit: "Ne vous épouvantez pas; vous cherchez Jésus de Nazareth, qui a été crucifié; il est ressuscité, il n'est point ici; voici le lieu où on l'avait mis.
Mais allez dire à ses disciples et à Pierre qu'il vous précède en Galilée: c'est là que vous le verrez, comme il vous l'a dit."
Elles sortirent du sépulcre et s'enfuirent. La peur et le trouble les avaient saisies; et elles ne dirent rien à personne, à cause de leur effroi. Jésus, étant ressuscité le matin du premier jour de la semaine, apparut d'abord à Marie de Magdala, celle de laquelle il avait chassé sept démons.
Elle alla porter la nouvelle à ceux qui avaient été avec lui, et qui s'affligeaient et pleuraient.
Quand ils entendirent qu'il vivait, et qu'elle l'avait vu, ils ne le crurent point. »
Évangile de Marc, 16, 1-11

Marie de Magdala est le premier témoin de la Résurrection de Jésus, et ceci est une des preuves qui montrent l’importance du rôle des femmes dans le message de Christ. Bien que l’Église ait plus ou moins réussi à camoufler leur présence, avec notamment cette fusion des trois Marie-Madeleine, il en reste des traces.


« Cependant Marie se tenait dehors près du sépulcre, et pleurait. Comme elle pleurait, elle se baissa pour regarder dans le sépulcre; et elle vit deux anges vêtus de blanc, assis à la place où avait été couché le corps de Jésus, l'un à la tête, l'autre aux pieds.
Ils lui dirent: "Femme, pourquoi pleures-tu?"
Elle leur répondit: "Parce qu'ils ont enlevé mon Seigneur, et je ne sais où ils l'ont mis." En disant cela, elle se retourna, et elle vit Jésus debout; mais elle ne savait pas que c'était Jésus.
Jésus lui dit: "Femme, pourquoi pleures-tu? Qui cherches-tu?"
Elle, pensant que c'était le jardinier, lui dit: "Seigneur, si c'est toi qui l'as emporté, dis-moi où tu l'as mis, et je le prendrai."
Jésus lui dit: "Marie!" Elle se retourna, et lui dit en hébreu: "Rabbouni!" c'est-à-dire, "Maître!"
Jésus lui dit: "Ne me touche pas; car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Mais va trouver mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu." Marie de Magdala alla annoncer aux disciples qu'elle avait vu le Seigneur, et qu'il lui avait dit ces choses.»
Évangile de Jean, 20, 11-18

Plusieurs textes gnostiques comme "les évangiles de Thomas, de Marie, et de Philippe, la Sagesse de Jésus-Christ, la Pistis Sophia, les Dialogues du Sauveur," qui sont des écrits en copte traduisant un original grec, datés entre le 2ème et le 4ème siècle après J.C., présentent Marie Madeleine comme étant très proche du Christ.
Par exemple, dans la Pistis Sophia, datant sans doute de 350, Marie-Madeleine pose 39 des 46 questions à Jésus, et Pierre se fâche car elle joue le rôle principal dans le dialogue et que ses prérogatives à lui ne sont pas respectées (36 ; 71)
Dans le Dialogue du Sauveur, elle est aussi très présente car elle appartient à un petit groupe avec Jude et Matthieu, qui reçoit une instruction particulière du Seigneur et elle est louée comme une femme "qui connaît le Tout".

D'après l'évangile de Philippe, Marie-Madeleine a une place unique :
« Trois avaient constamment affaire avec le Seigneur : Marie, sa mère, sa sœur et Madeleine, qui est appelée sa compagne. Sa sœur, sa mère et sa compagne s'appellent en effet toutes Marie…Le Sauveur aimait Marie-Madeleine plus que tous…Les autres disciples allèrent vers eux pour poser leurs exigences. Ils lui dirent : "Pourquoi l'aimes-tu mieux que nous tous?"
Le Sauveur répondit en leur disant : "Pourquoi je ne vous aime pas comme elle ? Lorsqu'un aveugle et un voyant se trouvent ensemble dans l'obscurité, ils ne se distinguent pas l'un de l'autre. Mais quand la lumière vient, le voyant voit la lumière et l'aveugle reste dans l'obscurité."

Dans l'évangile de Thomas qui remonte au premier siècle, Pierre encore, s'oppose au fait que Marie-Madeleine fasse partie du cercle des disciples proches du Christ:
« Simon-Pierre leur dit : "Que Marie sorte de parmi nous, car les femmes ne sont pas dignes de la Vie". Jésus dit : "Voici que je vais la guider afin de la faire mâle, pour qu'elle devienne, elle aussi, un Esprit vivant semblable à vous, mâles. Car toute femme qui se fera mâle entrera dans le Royaume des cieux." »
Évangile de Thomas, 114 
Qu'est-ce qu'une femme qui sera faite mâle?
Dans cet extrait, les allusions à la Kundalini et au système subtil sont très nettes. Selon la compréhension de Sahaja Yoga, rendre Marie Madeleine "mâle" ce n’est pas lui ôter sa féminité, c’est éveiller son système subtil de manière à ce que son canal droit, qui est le canal masculin, soit illuminé. Ainsi, la personne devient un Esprit vivant en obtenant la Réalisation du Soi, car l'illumination permet l’éveil. La Kundalini, en s'éveillant, fait ressentir de nouvelles sensations liées non seulement au système nerveux sympathique, mais ce qui est nouveau, au système parasympathique. 
La Kundalini, une fois qu’elle a traversé les six centres subtils, se retrouve dans la zone limbique du cerveau, qu’elle baigne de son énergie. C’est cela "entrer dans le Royaume des cieux", car cette énergie est directement liée au Tout, à l’univers, à Dieu. C’est ainsi que Marie-Madeleine peut connaître "le Tout" qui est Dieu.

Les textes gnostiques ont été découverts, pour la plupart, à Nag Hammadi en Haute-Egypte à partir de 1945. Collection de la Pléiade, Écrits apocryphes chrétiens I et II , ed. Gallimard, 2005.
 

Plus sur: 
 http://dictionnairesahajayoga.blogspot.fr/2010/11/sahajayoga-i-marie-madeleine-dans-la.html


 http://dictionnairesahajayoga.blogspot.fr/2010/11/sahaja-yoga-ii-marie-madeleine-dans-la.html

 Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire