mardi 13 octobre 2015

La prière prophétique du Pasaydan



« Donc, nous devons faire le vœu aujourd'hui de nous comporter d'une manière qui incombe à notre avènement, non pas à celui de Mère mais au nôtre, en cette époque qui a été décrite et prophétisée. Cette prophétie a été réalisée longtemps auparavant. Si nous comprenons que nous sommes venus sur terre dans ce but et si nous essayons de nous élever vers le ciel, comme ces arbres l’ont fait, nous nous séparons vraiment de toute l’absurdité environnante.
Vous ne devriez pas suivre d’autres Sahaja Yogis dans des activités qui vont contre la croissance. Et quiconque essaie de créer une sorte de groupe, ou qui tente de vous impressionner en disant qu'il peut vous apprendre quelque chose de supérieur, d’inférieur, toutes sortes de technique et ceci et cela, oubliez-le.
Tout d'abord, vous devez savoir que Sahaja Yoga est une croissance intérieure, et que cette croissance se manifeste à l'extérieur. Donc, cette croissance intérieure doit être accomplie entièrement par vous, avec une compréhension totale. Ensuite, Je n’ai pas besoin de vous parler de quelqu'un. Vous ne serez pas vulnérables aux discours absurdes et aux bavardages.
Il y a des gens qui sont des intellectuels. Les intellectuels ont la mauvaise habitude de tout intellectualiser. L’intelligence n’a pas de valeur pour Dieu, parce que Dieu l'a créée. Donc, vous devez voir au-delà de l’intelligence. 
Il y a des gens qui sont très émotifs, et qui essayent de s’exprimer par les émotions. Vous devez sortir de ces idées et vous devez comprendre que les émotions peuvent jouer un rôle très dangereux dans la vie. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Devi puja, Bordi, Inde, 13/02/1984


Shri Mataji fait référence au Dnyaneshwari, qui est un commentaire sur la Bhagavad Gita, écrit en marathi par le saint Dnyaneshwar Maharaj à l'âge de 16 ans. Le Pasaydan se trouve a la fin du Dnyaneshwari. Le saint demande une bénédiction non seulement pour lui mais pour l'humanité.

"aata vishtmake deve yene wgynve toshave
toshoni maz dyave pasaydan he
je khalanchi venkati sando taya stkarmi rati wadho
bhuta parspare pado maitra jeewache
duritanche timir jawo vishwa swadharme surye paho
jo je wanchil to te laho pranijat
warshat sakal mangali ishwarnistanchi mandiyali
anwarat bhumandali bheti bhuta
chala kalptarunche aarav chetana chintamaniche gao
bolate je aarnav piyushache
chandrame je alanchan martand je taphin
te sarwahi sada sajjan soyare hotu
kinbhuna sarv sukhi purn houni tinhi loki
bhajijo aadipurukhi akhanit
aani grantopajivi vesheshi loki iye
drustadrsth vijaye howave ji
yeth mahne shri vishveshwrao ha hoiel dan pasawho
yene ware dyndevo sukhiya zala"

Traduction du sens général :
« Que le Soi de l'univers soit satisfait de cette offrande de mots et m’accorde sa grâce. Que les pécheurs ne commettent plus de mauvaises actions, et que leur désir de bien faire augmente, et que tous les êtres vivent en harmonie.
Que les ténèbres du péché disparaissent. Que le monde voie le soleil levant de la justice, et que les désirs de toutes les créatures soient satisfaits.
Que tous restent en compagnie des saints consacrés à Dieu, qui déverseront sur eux leurs bénédictions.
Les saints seront des jardins en mouvement remplis d’arbres qui exaucent les souhaits, et ils seront des villages vivants de diamants qui exaucent les souhaits. Leurs paroles seront comme des océans de nectar.
Ils seront des lunes sans défaut et des soleils sans chaleur brûlante. Puissent ces saints être le amis de tous.
Puissent toutes les personnes, dans tous les mondes, être emplies de joie, et puissent-elles vénérer Dieu pour toujours.»

Pour plus de détail, voir l’article sur Pasaydan, le dernier hymne du Dnyaneshwari.
Vidéo : le Pasaydan chanté par des enfants.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire