dimanche 12 avril 2015

Qu’est-ce qui impressionne le plus les gens? Selon Sahaja Yoga

« Vous êtes des gens surdéveloppés, alors essayez d'arrêter l’action de votre cervelle et devenez simplement plus humbles. Toutes ces idées, voyez-vous, de hippie et tout ça, c’est en fait la conscience, la perception de ce mental surdéveloppé. Mais si vous porter seulement des habits d’hippies ou vivez en hippies, ou si vous prenez de la drogue, vous ne pouvez pas arrêter votre cerveau de penser. Sahaja Yoga est la seule façon de le faire, ainsi que vous équilibrer. Aussi, il y a beaucoup d'autres choses qui vous aident. Par exemple, au niveau physique : vous devez apprendre à suivre un régime, savoir quel régime alimentaire est nécessaire pour (votre nature), quel exercice physique est nécessaire pour ce genre de choses. Mettez-vous y.

Maintenant, Je vais m’en aller pendant un mois, vous devez vous y atteler. En fait, à moins de faire impression sur les autres, auxquels vous vous adressez ou que vous allez rencontrer, par ce style d'amour et de sérénité, personne ne va croire (en Sahaja Yoga). Deuxièmement, qu’est-ce qui impressionne le plus les gens? Le savez-vous? Qu’est-ce qui impressionne, même si c’est feint, qu’est-ce qui impressionne beaucoup les gens? La simplicité, la simplicité de caractère, de langage, de vêtements, la simplicité. Même si, disons, vous vous habillez d’une façon chic, les gens savent que vous êtes habillé comme un dandy. Même si vous portez, disons, un jean et agissez comme si vous ne vous souciez pas de porter un costume et tout le reste, vous essayez encore d'imposer quelque chose. Mais si vous portez des habits simples, communs, si vous vous habillez d'une manière simple, tout à fait normale, les gens seront étonnés de vous et penseront : "comment pouvez-vous être aussi normal, aussi simple?"

Et la deuxième chose qui impressionne les gens, c’est ce que vous avez sacrifié pour Sahaja Yoga ou pour tout ce que vous faites, à quel point vous vous dévouez, non pas ce que vous avez réalisé par cela, mais ce que vous avez sacrifié (aux autres), c’est très important. Ce second point est très important: ce que vous avez sacrifié. Vous voyez, si vous lisez ce que les Indiens écrivent ou même ce que vous aussi écrivez, et tout ce qui est écrit, c’est que : "Mère a tout le confort, elle a une famille bien à elle, elle a ses petits-enfants, mais, elle s’intéresse toujours tant à nous. Elle vient ici (en Angleterre) et elle ne s’offusque de rien, et elle sacrifie tout son temps, tout son plaisir pour nous. Elle apprécie notre société, elle veut être avec nous." Il y a beaucoup de façons dont les gens sont impressionnés par moi, mais vous, essayez de sacrifier quelque chose de vous-même.

Alors, vous avez remarqué que certains d'entre vous ont été vraiment parasitaires, c’est une autre chose qui va choquer les gens. Les gourous aussi sont parasitaires, évidemment, ils ne le montrent pas. Au début, ils vont montrer qu'ils ont beaucoup sacrifié, qu’ils ont sacrifié leurs familles, qu’ils portent un "kashaya vastra" (des habits de moine), qu’ils sont devenus des "sadhus" et qu’ils ont renoncé à tout. Tous ces Lamas ont impressionné les gens de cette manière. Bien sûr, c’est faux, nous n’allons pas devenir malhonnêtes. Mais dans notre vie, si nous nous sacrifions pour faire des choses pour les autres, à chaque fois, si vous évaluez combien ils ont fait pour les autres
autres - ainsi, par exemple, si Je commence à soupeser combien les Anglais ont œuvré pour Sahaja Yoga par rapport à d'autres? Et puis si Je commence à vous donner en retour, en fonction de ce que vous avez fait, vous donnant le temps qui devrait vous être imparti, immédiatement mon travail ne me satisferait pas. Je ne pourrais pas. Je suis trop sincère. Je suis trop authentique, Je ne pourrais pas me départir de mon authenticité ni de ma sincérité, Je ne le pourrais pas. Vous prenez beaucoup de libertés, Je n’ai pas ces libertés d’action, c’est ma nature, Je n’y peux rien. Que vous évoluiez ou non, jusqu'au dernier souffle de ma vie, Je travaillerai dur sur vous. »

Shri Mataji Nirmala Devi, conseils à Chelsham road, Londres, 07/09/1980

La notion de sacrifice dont parle Shri Mataji n'est pas liée aux autres, elle vient de soi-même. On doit investir son temps et sa personne pour les autres et c'est cette abnégation que les gens retiendront aussi, tout comme la simplicité avec laquelle on le fait.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire