dimanche 11 mai 2014

Bouddha, le plus grand des chercheurs




« Aujourd'hui c’est un grand jour pour venir à Brighton car c'est le jour de la naissance de Bouddha, c’est aujourd'hui l'anniversaire de Bouddha. Vous avez tous entendu parler de sa naissance et du fait que sa mère a rêvé d'un éléphant, d’un grand éléphant blanc, avant la naissance du Bouddha. Et puis, il a été prédit que l'enfant né dans cette famille, serait soit un grand saint, soit un très grand roi, car en sanscrit, le mot "chakravarti" signifie "celui qui est maître du monde".
Alors, le père s'est inquiété et a pensé qu’il devait plonger son fils dans la vie familiale, dans la vie matérielle et lui donner tous les plaisirs de la vie (pour qu’il ne devienne pas un saint mais un roi). Donc, il a construit un endroit très spécial pour lui, un magnifique palais. Et il l'a marié à une fille appelée Yashodhara qui était une très, très belle femme et qui lui a donné tous les plaisirs de la vie. Il a fait tout ce qui était bon pour attirer le jeune homme loin de l'ascétisme.
Vous connaissez aussi l'histoire de son départ, un jour sur la route. La façon dont il a découvert trois types de personnes et comment il s’est demandé: pourquoi on devait vieillir? Pourquoi on devait souffrir dans la vie? Et pourquoi les gens devraient mourir ? Donc, ces trois choses l’ont amené à se poser des questions et il a commencé à essayer de comprendre pourquoi cela chose arrivait aux êtres humains. Par ces questions, il a entamé ses investigations. Donc, il est arrivé à un point où il ne pouvait plus supporter le confort et tous les attachements que son père avait créés autour de lui. Il a eu un fils du nom de Rahul et il a quitté sa femme et son enfant pour rechercher la vérité.
Alors il est parti du mauvais coté, devrais-Je dire, pour rechercher la vérité, car il voulait savoir pourquoi l’être humain connaît tant de misères. Il est parti du collectif vers l’ascension individuelle.
Quand nous voyons la misère tout autour de nous, beaucoup de gens la voient, on se demande qu’en est-il des autres ? Est-ce que tout le monde recevra la Réalisation ? Est-ce que tout le monde l’aura? Vous voyez, J’ai l’impression que c’est prendre les choses par le mauvais bout, car tout d'abord, on devrait se demander si (soi-même) on est bien, si on est parfait, si on est heureux, si on a reçu la connaissance absolue. Il est toujours préférable de partir de ce point de vue. Mais comme il est parti du mauvais coté, du collectif pour éliminer les misères des gens, il a du (faire un long détour).
Donc, il a lu tous les livres, les Védas et le reste. Il est allé à la rencontre de grands experts, de toutes les personnes de grand savoir, pour leur demander pourquoi il y avait ces trois choses : pourquoi le yoga est une aide à ce corps physique misérable puis au sujet de la mort et de la vieillesse. Il est allé questionner tant de gens et on lui a dit qu'on doit mourir parce qu’on est né. Puis on lui a dit qu’on doit vieillir car on est né comme ça. Et on souffre car on a commis des péchés. Il n’était pas satisfait de ces réponses.
Alors il a continué de chercher, chercher et chercher, puis il s’est fatigué et en a eu vraiment assez. Quand il est arrivé dans un endroit appelé Gaya, proche de Patna- J'ai visité l'endroit et vu l'arbre - il s’est assis sous un banian où il s’est endormi car il était vraiment fatigué de sa recherche. Et après avoir dormi, il s’est levé et a reçu tout à coup sa Réalisation. Et il a pensé que c’en était fini de cette dramaturgie. Or, sa mère, qui lui avait donné naissance, était elle-même l’Adi Shakti,  et elle est morte juste après la naissance de son enfant.
Il a reçu la Réalisation, or, à l’époque où il a reçu la Réalisation, il n'y avait personne pour lui dire ce que c'était, ce que signifiait la Réalisation, personne pour parler ou pour décoder ce qu’il devait comprendre. Mais grâces à sa recherche considérable et à son désir ardent, "shuddhaicha",  la kundalini s’est éveillée tout seule, mais bien sur, l’Adi Shakti l’avait béni et il a obtenu sa Réalisation sous le banyan.
Or, toute Incarnation qui est venue cette terre devait premièrement agir en fonction de l’époque, de la nécessité de l'époque. Deuxièmement, la nécessité de la venue sur terre d’une Incarnation vient d'abord des êtres humains. Donc, supposons qu’à une époque, il y a eu trop de ritualisme, de brahmanisme ou de prêtrise, et que les gens aient essayé de tout faire selon ces rituels ​​artificiels et tout ça, une Incarnation devait alors venir sur cette terre pour corriger ces idées . ...
Pareillement, quand Bouddha est arrivé, le premier problème vient du fait qu’il a pensé qu’il valait mieux ne pas parler de Dieu. Parce que, dans sa recherche, tout le monde lui avait donné cette réponse:
- Oh c'est Dieu qui le fait: c'est Dieu qui te donne la vieillesse, c’est Dieu qui le fait.
-Mais quel est ce Dieu après tout ? Et pourquoi fait-il cela?
-Tu ferais mieux de le demander à Dieu.
-Où est ce Dieu ? A-t-il demandé.
Donc tout le monde rejetait la faute sur Dieu comme d'habitude. Même aujourd’hui, c’est ce qu’on fait. Il n’y a rien de nouveau, rien d'inhabituel devrais-Je dire. Donc cela doit être fait par Dieu. Si vous vous coupez la gorge (vous vous dites): "C’est Dieu qui a mis le couteau dans ma main et qui a coupé ma gorge". Donc, vous voyez, il a pensé qu'il valait mieux ne pas parler de Dieu. Parce que tout le monde va vers Dieu (de toutes manières). »
Shri Mataji Nirmala Devi, Bouddha puja, Brighton, Angleterre, 26/05/1983
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire