samedi 22 février 2014

Le balancement de gauche à droite




« Qu'est-ce que la littérature? "Sahitya", on dit qu’elle est "sahit", ce qui signifie quelle sera bienfaisante. "Sahita", signifie ce qui sera bienveillant. Si ce n'est pas le cas, alors ce n'est pas "sahitya", ce n'est pas de la littérature, c’est une nullité. Donc ces limites qui existent en littérature et qui nous ont été données par les grands saints et les prophètes, sont toujours acceptées. Bien sûr, certaines personnes s'écartent un petit peu, elles s'en écartent un peu, mais dès qu'elles dévient, cela sort de la société, les gens ne les lisent pas.
Disons, par exemple, qu’il y a longtemps, certaines personnes ont du écrire le Karma Sutra ou quelque chose de ce style, mais nous (les Indiens) n'en ont rien su, nous ne l’avons jamais lu. Jusqu’à ce que les Allemands viennent et fassent beaucoup de bruit à ce sujet, avant cela, nous ne savions pas que de tels livres existaient. Même aujourd’hui, Je ne sais pas qui l'a écrit ou Je n'ai jamais lu de tels livres. Je ne les ai jamais vus de mes propres yeux, mais nous avons entendu dire que des gens ont écrit de telles choses. Mais en fait, si vous demandez à un Indien ordinaire, en Inde- il se pourrait même qu’il soit érudit- il dira : "Qu'est-ce que c'est? Je n'en ai jamais entendu parler." Mais les Allemands, ou les Japonais, sont très pointilleux sur ces choses, ils veulent les découvrir toutes.
Ces créations laides, vulgaires devrais-Je dire, sont une compensation pour les personnes qui sont très portées sur le côté droit ; c’est aussi parce qu'une personne utilisant trop l’énergie du côté droit va se mettre à boire car elle voudra compenser (cet excès du côté droit)… calmer sa soif de pouvoir. Un homme du côté droit est tellement emporté, il aimerait donc neutraliser ce mouvement de manière à ce que son comportement du côté droit soit contrebalancé par le côté gauche.

Donc, les gens qui sont très portés sur le côté droit se mettent à boire beaucoup. Vous verrez les gens travailler très dur et pendant deux nuits, et le samedi et le dimanche soir, ils seront saouls. Puis le lundi, ils iront travailler avec la gueule de bois. Voyez, c’est très intéressant de constater comment sont les êtres humains. Les gens travaillent dur pendant cinq jours, vont bosser, bosser, bosser, puis ils entreront dans une sorte d’hibernation, comme ils disent, sur deux jours, ils seront absolument coupés du monde entier… et ce qu’ils gagnent en cinq jours, ils vont le dépenser durant le week-end à boire.
C'est ainsi que la créativité peut bénéficier de la situation : quand les conséquences de ces comportements extrêmes commenceront à se montrer, un artiste se lassera de tout ce genre de choses autour de lui, de ce qu’il constate. Puis, en lui, s’élèvera un sentiment subtil vis-à-vis de la créativité, de l’art, des livres et il commencera à lire, à rechercher ce qu’est la véritable connaissance, la connaissance pure.  Il voudra voir des peintures, ou écouter de la musique qui louent la divinité. Toutes ces folies le pousseront à penser que maintenant, nous devrions commencer à faire quelque chose de mieux, et le principe de Mahasaraswati commencera à agir. »
Shri Matji Nirmala Devi, Mahasaraswati puja, synopsis, Auckland, Nouvelle Zélande, 02/23/ 1992


En fait, tout ce mouvement de va-et-vient de la gauche vers la droite ne serait qu’une façon d’expérimenter les choses, de chercher où se trouve la vraie satisfaction, jusqu’à ce qu’on en ait fait le tour. Alors seulement, quand on a compris que la vraie satisfaction ne devrait pas être passagère, ni se transformer en son contraire, on en vient à rechercher la spiritualité. Mais la spiritualité ne se trouve pas forcément dans la religion : c’est une recherche personnelle d’une connexion intime avec son Esprit. C'est le message profond qui relie toutes les religions: il faut chercher à connaître le Soi, car c'est lui qui nous mettra en contact avec Dieu.
Les artistes peuvent recevoir leur Réalisation directement quand ils ont atteint un certain stade d’introspection.   
Peinture: Anne-Marie Zilberman (AMZ)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire