samedi 23 novembre 2013

Mahavira était Bhairava


« Essayez de faire des progrès dans votre spiritualité, afin que vous puissiez apprécier la joie de Shri Ganesha. C'est un aspect; le deuxième aspect consiste à garder votre Shri Ganesha intact. Nous devons avoir certains maryadas (limites), tout le monde doit avoir certains maryadas. Par exemple, Je pourrais dire à une dame de poser la main sur le devant de mon corps, même jusqu’au niveau du coeur. Mais Je ne demanderais pas un homme de le faire, car il y a des maryadas (à ne pas franchir) si vous êtes un homme, vous n'êtes pas censé toucher mon torse de face, mais vous pouvez le toucher dans le dos. Il y a des maryadas (restrictions) pour tout, et si vous ne respectez pas ces maryadas, ou ces limites, alors vous êtes aptes à en sortir, malgré le fait que vous soyez pur. Et il se peut que vous engendriez inutilement un problème.
Je vais vous donner un très bon exemple, celui de Shri Mahavira qui était l'incarnation de Bhairava. C’est Bhairava lui-même qui a fait ce travail, et pour Bhairava, que sont les vêtements ? Qu'est-ce qu’un habit ? Je veux dire, il s'agit d'une personne pour qui tout l'univers est le vêtement, toutes les directions sont ses vêtements. C'est un "Digambara" (un mendiant sans vêtement) Pour lui, qu’importe, il est si innocent. Il est l'innocence absolue. Et l'innocence qui est destructrice qui détruira (le monde) passera par lui seulement…Donc, un homme aussi simple que lui, dans le sens où il n'a jamais su ce qu’était l’impureté, ne savait pas ce qu'était le péché.

Une telle personnalité est venue sur terre, pour enseigner aux gens à être innocents, à être "dharmiques", à être bons. Or, un jour, il a dû se rendre dans une forêt où la moitié de ses habits se sont pris dans les buissons. Alors il a dû les couper, et il s’est retrouvé avec la moitié de ses habits. Et quand il est arrivé aux abords du village, il a rencontré une personne qui était en fait Shri Krishna, qui a essayé de le tester- pariksha. Il a dit : "Pourquoi devriez-vous porter un habit? Ce n'est pas nécessaire pour vous, mais moi je suis un être humain, je n'ai pas de vêtements. Comme vous être un Dieu, une Incarnation, pourquoi ne vous donneriez-vous pas alors votre vêtement?"

Il a dit : "d’accord, prenez-le." Il lui a offert ce qui lui restait de son vêtement. Et c'est ainsi que, pour un court moment, il s’est retrouvé sans vêtements – pour très peu de temps. Mais les gens ont exploité cela, et le (représentent) nu avec ses parties intimes exhibées, c’est insultant. C'est absurde tout ce qu'ils font.
Maintenant beaucoup de gens me demandent: "Comment se fait-il que les jaïns s’adonnent à cette nudité et tout le reste?" C'est vraiment absurde, cela n’a rien à voir avec Mahavira. Personne n'est un Mahavira pour se retrouver nu même pour un court laps de temps. Alors, pourquoi devraient-ils le faire ? Parce chacun essaye de trouver quelque chose, de trouver une faille, juste pour couvrir ses propres faiblesses.

Il a abandonné ses vêtements pour un court laps de temps. Cela ne signifie qu’il s’est dénudé en public, et qu’il a enlevé ses vêtements et tout ça, ce n’est pas le sens. Il a respecté le public. Non seulement cela, mais pour commencer, Il respectait ses parents avant de prendre un véritable sanyasa (renonciation au monde). Il respectait ses parents et il leur a dit : "Maintenant, le temps est venu pour moi de renoncer à cette vie ordinaire. Je me suis occupé des affaires du monde, et je dois devenir un sanyasin." Cela ne signifie pas qu'il n'en était pas un - il était un sanyasin - mais cela veut dire qu’il a dû abandonner la vie ordinaire de ses parents et des autres personnes.

Parce si vous devez vous adonner à quelque chose parfois dans cette vie - comme dans la tradition hindoue, où après un certain âge, à soixante-quinze ans dit-on, vous devez devenir un sanyasin, en ce sens que votre famille, vos enfants, sont déjà installés, et qu’il n'y aura aucun problème, si vous devenez un sanyasin. Mais pour cela, il faut avoir recueilli de la sagesse durant sa jeunesse, sinon, dans la vieillesse, on n’est toujours pas sage, et on se comporte comme un jeune homme de seize ans - le mieux alors est de ne pas devenir un sanyasin.
Donc la compréhension que l’on a de la vie en Inde doit être très subtile. Et pour comprendre ces grandes et formidables personnes, il faut être un peu plus grand que ce que vous êtes. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Shri Ganesha puja, Nasik, Inde, 21/01/1984
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire