lundi 7 octobre 2013

L'enfer ou le paradis?



« Shri Mataji :Vous devez avoir entendu l'histoire dont Je vous ai parlée sur le service de communication. Non?
Sahaja Yogi : Non Shri Mataji.
Shri Mataji : Je ferais mieux de la leur raconter.
Vous voyez, deux hommes, qui avaient fait beaucoup de bien – peut-être en tant que Sahaja Yogis- quand ils sont morts, ont été invités à aller au paradis. Donc ils sont montés au ciel et là ils ont vu que tout le monde était en méditation. Ils se sont dit :
- Qu’y a-t-il de nouveau à ce sujet, nous méditions déjà dans le monde. Rires
 Alors ils ont dit :
- Pourquoi n’irions-nous pas - ils ont demandé la permission à Dieu - Pouvons-nous aussi aller voir l'enfer? Si c’est possible ? Car nous pourrons alors décider, voyez-vous, si nous voulons être ici ou là. Rires
Vous voyez, voilà ce qu’est l'ego : il faut avoir le choix. Rires
Donc ils sont allés en enfer. Et quand ils sont entrés dans la première grande salle, ils ont découvert qu’il y avait  toutes sortes de musique, un style bizarre de musique, vous savez, comme pour Halloween, il y a toutes sortes de choses grossières et les femmes dansaient nues,  les hommes chantaient nus, et ils faisaient toutes sortes de choses de "fêtards" – ce que nous appelons "faire la fête". Alors ils se sont dit:
- Ca a l’air d’être un meilleur endroit, pour une fois. Parce que l’alcool était gratuit, tout était à volonté là-bas, les drogues, toutes les belles choses (de la vie) ! Rires
Alors ils ont dit :
- Cet endroit est très sympathique. Alors les gens qui étaient responsable de l’endroit leur ont demandé:
- Que faites-vous ici ?
- Nous sommes venus visiter l'enfer, où est l'enfer ? Ont-ils demandé.
- Vous pouvez le voir à partir de cet orifice.
Et ils les ont emmenés devant un trou d'où ils pouvaient voir l’image de l'enfer. Et là, ils ont vu des gens suspendus au-dessus des flammes, ou bien des gens sur qui on mettait de l'huile bouillante et de la boue dégoûtante, toutes sortes de choses, voyez-vous, et ils ont été horrifiés. Certains étaient fouettés très durement, et -Je ne sais pas- toutes sortes de sanctions possibles. Donc, ils ont eu très peur et ont dit:
- Maintenant, si ça c'est l'enfer, qu'est-ce que c’est dans cette salle?
- C'est le service de communication de l'enfer. Rires
Et la conception venait de spécialistes français et anglais, et d'autres spécialistes d'autres pays européens également. Rires
Et maintenant, c'est un Suisse qui doit s’occuper des opérations bancaires là-bas. Rires
Voilà ce qu’est le service de communication, sur lequel, vous le voyez, il faut être bien informé, il faut savoir ce qu’est le service de communication de l'enfer.
Donc, la vertu et la sainteté ne peuvent être maintenues que si vous êtes très prudents au sujet de ​​ce service de communication, en particulier en France et autres pays (occidentaux).
Le côté gauche fonctionne de telle façon que nous voulons nous détruire nous-même, parce que le côté gauche signifie le désir tout autant que la destruction. Il peut détruire tout s'il n'y a plus du aucun désir de Dieu. Donc quand vous commencez à aller vers l’autre aspect de vos désirs, vous avez le désir de vous autodétruire.
Rien qu’hier, J'ai lu dans un journal qu’une dame anglaise, qui a laissé derrière elles des millions de livres, s’est tuée de malnutrition (anorexie). Donc cette idée d’autodestruction justifie aujourd’hui tant de choses que nous faisons dans ce monde, des choses qu’on ne devrait pas faire pour notre santé, pour notre santé physique, mentale, émotionnelle et spirituelle. Et les Sahaja Yogis doivent repérer cette tendance en eux-mêmes aussi.
Quand les Sahaja Yogis commencent à se laisser dépasser et que vous leur dites: "les choses commencent à vous échapper, alors n’allez pas dans ce sens" (fin de la vidéo) alors ils répondent : "Non, laissez-moi tranquille, tout va bien, je peux gérer moi-même", ce qui signifie : "Je peux me détruire." Et ce comportement qui va contre la vie est allé jusqu’à un point tel qu'ils ont nié tout ce qui était spirituel, tout qui était bon pour la santé. » 
Shri Mataji Nirmala Devi, Devi puja, séminaire de Dourdan, France,18/05/1986

"Advertising department" ne correspond plus trop aujourd’hui au "département de la publicité" mais au "service de communication" qui gère l’image et toutes formes de communications d’une entreprise. Le but est le même : mettre en valeur les bons aspects d’un produit pour mieux le vendre.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

1 commentaire:

Anonyme a dit…

N y a t il pas un texte avec ce titre??
Merci d avance.

Enregistrer un commentaire