mercredi 17 avril 2013

Avez-vous le coeur de Kabir?


 

Sahaja Yogi: Comment peut-on développer ce même cœur que les poètes comme Kabir ont envers vous?
Shri Mataji: Pourquoi pas? Voyez le handicap de Kabir. Vous n'avez pas d'handicap. Kabir n’a pas eu de mère pour lui dire que faire, pas de mère pour l'aimer, s'occuper de lui et lui dire toutes ces choses. Il a eu un gourou, et vous connaissez la vie de Kabir. Kabir voulait devenir le disciple de Swami Ramananda, mais, comme il était musulman ou de basse caste ou quoi que ce soit, il ne pouvait pas entrer en contact avec Swami Ramananda, ses disciples ne lui auraient pas permis de l’approcher. Alors un jour, Kabir alla se coucher sur les marches sur la rive du Gange, toute la nuit, et attendit sa venue dans le froid, car Swami Ramananda avait l'habitude de toujours passer par là. Et ses pieds tombèrent sur Kabir et il dit : "Oh mon enfant, que fais-tu ici?"
Alors Kabir se leva et dit: "Monsieur, acceptez-moi aujourd’hui en tant que disciple."
Il dit : "Oui, je t’accepte." Et puis Swami Ramananda le prit comme disciple et il le forma en quelque chose de grand.


Vous n’avez pas ce handicap de Kabir qui n’a jamais eu avec lui quelqu'un pour le soutenir ou pour l'aider. En fait, à lui seul il a combattu le monde entier. Des gens horribles étaient autour de lui, même aujourd'hui, ceux qui sont dans sa demeure à Patna ou dans tous les lieux où il a vécu sont horribles. J'ai été surprise (de constater) qu'il décrivait la Kundalini comme "surathi" (suprême joie) et que c’est le tabac qu’ils décrivent comme étant "surathi". Ce sont des gens tellement horribles, absurdes, qui se moquent de tout. A cet endroit, Kabir a vécu et développé ce cœur.
Vous n'avez pas du tout tous ces handicaps. Vous parlez tous la même langue, vivez avec les mêmes idées, vous avez votre propre mère pour vous dire tout, alors vous pouvez développer le même cœur que celui de Kabir. »
Shri Mataji Nirmala Devi, discours aux Yogis, Burwood, Sydney, Australie, 06/05/1987
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire