jeudi 17 janvier 2013

Transcender les trois gunas


« Ce mot "équilibre" n'existe pas dans notre vie quotidienne, il n'existe que dans la fiction, ou peut être dans la soi-disant recherche scientifique. Mais en ce qui concerne les êtres humains, ils ne savent pas ce qu’est l'équilibre. Pour cette raison, l'attention se déplace toujours sur les côtés, redescend le long du côté gauche ou droit en fonction de votre tempérament, de votre ‘’vritti’’, même si après la Réalisation, l’attention s’élève. Et quand ces identifications agissent encore en vous, vous êtes enclins à laisser de nouveau votre attention redescendre le long de ces canaux, et vous recommencez à faire ressurgir les mêmes choses comme avant (la Réalisation).
Or, il faut que notre mental s’allège, et ne pas croire qu’on a laissé tombé tout cela maintenant. Pourquoi sommes-nous ici? On doit devenir plus léger, laisser la charge s'écouler, car nous sommes ici pour élever notre attention de plus en plus haut, de façon à atteindre un point où l'on ne devient qu’un avec l'attention de Dieu.
Déjà votre attention est étincelante, parce grâce à votre attention, vous pouvez voir ce qui ne va pas chez vous, voir ce qui ne va pas chez les autres, voir jusqu’où vous allez en vous-même. Mais les progrès sont retardés parce que vous ne savez pas que cette attention est une forme pure, et que tout ce qui la pénètre n’est que substance chimérique, n’est qu’un mythe.
Si vous laissez tomber progressivement ce mythe, traitez tout comme un mythe, et ne dépendez pas des sentiments de bonheur ou de malheur, si vous regardez seulement les choses, votre attention prendra son envol et sera à un niveau nettement supérieur ... Au lieu de cela, à chaque moment, vous allez de ci de là, vous voyez, ça continue comme ça et le mouvement ascendant est amoindri.

Même quand vous vous élevez sur le canal central, sattvo guna, vous pouvez aller plus mal dans cette situation aussi. Par exemple, si vous dites : "j’essaye d'être sattwo guni (d’être à l'équlibre)", être en sattwo guna signifie que vous commencez à tout comprendre, à discerner les choses grâce à votre compréhension, non pas grâce aux vibrations, mais par votre compréhension: "Oh ne devrions-nous pas, d'une façon ou d’une autre, retirer notre attention de cela? Ne devrions-nous pas renoncer à cela? Devrions-nous faire la charité? Faut-il aller servir les gens?"
Il y a des gens qui pensent "Oh, nous allons faire quelque chose d’important" comme votre armée du salut, voyez-vous. Qu'ils reçoivent leur salut d’eux-mêmes ! Je ne sais pas quel type de salut ils vont avoir.

Ainsi, cette idée, - Je parle de l’idée d’être en sattwo guna- peut également vous bloquer, peut vraiment vous geler une fois pour toute, et cela peut opérer en vous d’une manière si sournoise, d’une manière secrète pourrait-on dire, que vous ne vous en rendrez pas compte. Toutes ces idées d’aider les autres, de faire la charité, "faisons une œuvre de bienfaisance" Terminé ! Une fois que vous travaillez dans une œuvre de bienfaisance, votre attention y reste engluée.

Mais si votre attention s’élève, disons que mon attention "n’est rien d’autre que bienfaisance, c'est-à-dire, ce que je suis coule simplement de source", alors vous devenez la bienfaisance. Donc la différence entre une personne Réalisée et une non Réalisée est la suivante: l'attention qui vous faisait prendre le mythe pour la réalité a disparu, l’attention s’est élevée. On peut voir que c'est un mythe, l’attention peut clairement voir que c’est un mythe. Et vous pouvez le voir par vous-même, et vous pouvez vous en extraire. Bien sûr, Je dois vous donner un coup de main, c’est certain, et Je travaille dur pour cela, pour vous donner ce coup de pouce, mais vous devriez également savoir que les mythes doivent être abandonnés, sinon vous ne grandirez pas. Tous les mythes doivent être abandonnés.
Et la meilleure façon de le faire, c’est d'être en conscience sans pensée, parce que dès que vous transcendez ces trois gunas, vous percevez les choses sans penser.
Vous devez traverser le chakra de l’Agnya: une fois que vous traversez l’Agnya, ces trois gunas, vous pénétrez un état où vous êtes "gunatit", vous êtes au-delà des gunas. Vous ne faites rien d’une façon délibérée, mais cela fonctionne simplement.
Mais l'analyse est l'une des maladies de l'Occident. Qu’analysez-vous? Qu’êtes-vous en train d’analyser ? Posez-vous la question. J'ai envie de rire en voyant toutes les analyses qui se passent. Voyez, ils vont s'asseoir, prendre un cheveu, le couper en quatre et de grands analystes vont s’asseoir (pour en parler). Ils ne peuvent même pas dire comment les chromosomes ont cette action… - Je veux dire que les choses sont élaborées jusqu’à ce niveau si minuscule. Ils ne peuvent pas dire comment une cellule se divise. Qu’analysent-ils en étant assis ici?

Or, ils ont fait une analyse dans un but précis, ils l’ont aussi fait pour Dieu. Grâce à leurs analyses, on peut maintenant enregistrer mes discours. Grâce à leur analyse, Je peux aller à la télévision – s’ils me le permettent- n’importe quand… Mais disons que si, par exemple, vous n'aviez pas découvert ces choses – prenez-le comme un exemple - et si la science n'avait pas été découverte, au moins votre attention s’en serait mieux portée. A cause de la science, votre attention est également très confuse. Donc, Je ne sais pas lequel de deux louer, si c’est la science ou l’archaïsme. Voyez, quand vous vous élevez au niveau scientifique aussi, vous allez à l'autre extrême, comme d'habitude. Vous ne serez pas satisfait tant que vous n’aurez pas brûlé toute votre attention.

Je veux dire si vous aviez gardé votre équilibre dans la science aussi, cela aurait aidé, mais l'équilibre a été perdu. Donner n’importe quoi aux êtres humains et ils sauront comment en tirer le pire. Ils iront à l'extrême… Tout, voyez-vous, ils ne font que courir tout le temps. Donc, la première chose qui est nécessaire, c'est de vous stabiliser et de vous dire : "maintenant, toutes ces choses sont des mythes, je ne vais pas les laisser entrer dans mon attention"
Toutes ces choses ne sont que des mythes, mais vous donnez trop d'importance aux mythes. Vous les prenez trop au sérieux. Ils sont tout simplement mythiques. »
Shri Mataji Nirmala Devi, discours sur l'attention, Dollis Hill, Londres 26/05/1980

Quand on s’identifie trop à une chose, cela prend notre attention. Cette notion est difficile à saisir si on ne connaît pas la méditation, et même ensuite, on peut être pressé de vouloir bien faire. Or, il faut arriver à devenir quelque chose et non pas essayer de le faire. C’est pourquoi, vouloir faire une œuvre de bienfaisance quand on a pas développé en soi l’esprit de bienfaisance, est une façon d’utiliser son ego. Nous nous créons beaucoup de mythes, c'est-à-dire d’idées qui nous paraissent très importantes. Mais quand on est Réalisé on prend assez de recul pour relativiser les choses et moins s’emballer. Seulement, il faut prendre garde aux jugements de valeurs.  
Peinture : vol au dessus de Bora Bora d'Arlette Martin
http://www.art-lou-naif.com/3.html
Publié par dictionnaire sahaja yoga

1 commentaire:

Marie a dit…

Bravo !! en voulant faire les gentils pleins d'amour, en "voulant" avoir de la compassion pour la négativité ou le mal, on arrive au résultat inverse, à savoir qu'on ouvre la porte de notre être subtil à la négativité qui s'infiltre et se déverse en nous... tous les mythes doivent être abandonnés, en premier lieu celui de la charité, qui nous vient tout droit de la religion catholique

Enregistrer un commentaire