samedi 1 décembre 2012

La religion selon William Blake


« La vision du Christ que Blake a décrite, est celle qu’il aperçoit de ses propres yeux illuminés. Et il voit que la vision (de l’église chrétienne) est complètement faussée, qu’elle est le contraire de ce que le Christ était. J'ai aussi ressenti la même chose. Je me suis incarnée dans une famille chrétienne protestante et J'ai été choquée de la façon dont les chrétiens se comportaient. J'ai dit: "Est-ce que ce sont des chrétiens?" Maintenant, le point qu’il met en avant est très net ; vous pouvez comprendre que, si vous êtes doux, c’est du maniérisme : "je suis désolé", "j'ai peur", "je doute ". Observez simplement cela. C'est très souvent que nous utilisons ce langage. Blake dit que le Christ n'était pas un homme de ce genre. Je dis aussi que Je ne cherche pas à être élue, que Je ne suis pas ici pour vous plaire, mais Je suis ici pour que vous vous appréciez vous-même, que vous vous amusiez, pour que toute votre richesse, votre bonheur se manifestent.
Voilà comment il vous a également soumis cette vision du Christ qu'il n'était pas un homme doux, qui contournerait (le sujet) et serait extrêmement doux et gentil avec les gens en apparence, en ayant seulement les manières d’un homme doux. Mais il serait si doux avec les gens qui sont humbles. Il a créé de la Divinité à partir de pêcheurs qui étaient des gens ordinaires, absolument sans instruction, dirait-on, des gens qui étaient parmi les couches les plus modestes de la société. Il les recueillit et les rendit divins. Il n'est pas allé voir des ministres ni des premiers ministres et des gouverneurs. Il n'est pas allé les voir. Quand vous voyez tous ces gens formidables qui sont censés s’occuper de la partie religieuse, ils ne s’occupent que des gouverneurs, des rois et des reines, qui doivent s'incliner devant eux. Ce sont des personnes motivées politiquement.

Comment une personne divine peut-elle entrer dans ce pétrin politique que les êtres humains ont créé? Mais nous ne le comprenons pas, parce que nous essayons de tout rationaliser et Dieu merci, Blake s’est exprimé contre la rationalité, et contre toutes les idées intellectuelles qui ont mis le Christ au niveau d'un simple être humain, parce qu'il était lui-même divin et qu’il pouvait comprendre le Christ. Il a été tellement harcelé et en fait persécuté, qu'il faisait parfois de la dépression et il avait des problèmes d'argent, des difficultés à convaincre son frère et sa sœur, tout le monde essayait de le faire se sentir mal à l'aise.
Une si belle âme est venue sur cette terre pour parler de Jérusalem. Que voulait-il dire par Jérusalem? Qu'est-ce que Jérusalem? Nous allons à Jérusalem en pèlerinage. Pourquoi? Parce que le Christ est né là-bas. L’Angleterre deviendra Jérusalem quand le Christ sera né ici. Mais combien d’Anglais aujourd'hui, se préoccupent de leur Esprit? La langue anglaise elle-même est une langue étrange, qui utilise le mot "spirit" (esprit) pour "alcool" (spiritueux), ou "esprit" pour les âmes mortes qui vagabondent beaucoup plus ici, et "esprit" pour l'atma, l'Esprit.

Quand il est venu sur cette terre, la révolution industrielle n'était pas encore en sursis. Les gens entraient encore dans ces "usines" comme il les appelle. Et il vit les scribes, la façon dont ils se comportaient et il vit tout le mythe de la religion. Il ne savait pas que toutes les religions faisaient les mêmes absurdités partout, pas seulement le christianisme. Allez dans n'importe quel autre pays et vous verrez que chaque religion a le même style d'absurdité, qui est à l'opposé de ce que les prophètes leur ont dit, de ce que les incarnations leur ont dit, de ce que tous les grands sages leur ont dit. »
Shri Mataji Nirmala Devi, programme public, anniversaire de William Blake, Hammersmith, Londres, 28/11/1985
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire