vendredi 12 octobre 2012

Frère/soeur, la plus belle relation

« Donc, il faut voir une chose, c'est faire comprendre à tous que nous sommes tous collectivement liés, et ensuite vous n’aurez plus envie de faire de la peine à quiconque, ni de gêner quelqu’un, ni de dire quelque chose de mal. Mais si vous n'êtes pas conscient collectivement, alors vous le ferez. Vous le ferez, vous blesserez les autres, vous les tourmenterez, vous profiterez d'eux. Il se peut que vous les exploitiez, vous pourriez faire n’importe quoi. Mais si vous savez que vous êtes partie intégrante du tout, si vous le savez, dans le sens où vous le savez par votre système nerveux central (par la conscience vibratoire), quand le fait de savoir devient une partie de votre être, une sorte de conscience en vous qui vous fait ressentir que vous faites partie intégrante du tout, alors vous ne pouvez pas commettre d’erreurs, et donc vous ne vous sentez pas coupable.

Donc, aujourd'hui, c’est un grand jour pour les relations très importantes entre frère et sœur, où une sœur et son frère ne se sentent jamais coupables. Une soeur et un frère ne devraient jamais se sentir coupables entre eux et ils devraient toujours parler ouvertement de ce qu'ils pensent être mal ou de ce qu'ils pensent est juste. Il n'y a pas de mal, une sœur peut toujours reprendre son frère et le frère peut toujours corriger sa sœur. C’est une relation dans laquelle personne ne devrait se sentir mal ou blessé, car c'est la relation la plus pure à laquelle vous pourriez penser. Si une mère dit quelque chose, la différence d'âge est tellement importante que vous ne pourriez ne pas le comprendre. Peut-être que si le père dit quelque chose, les enfants pourraient ne pas comprendre car la différence d'âge est aussi trop importante. Aussi, les normes que nous avons créées, disant qu'il y a un fossé entre les générations et toutes ces bêtises, sont aussi dans nos têtes.

Mais, supposons qu’un frère et une sœur, entre eux, comprennent Sahaja Yoga, ils ont le droit de se dire ce qui ne va pas entre eux et de l’améliorer, sans en faire (un objet de) culpabilité. Mais maintenant, avec le lien fraternel de Rakhi, c'est encore mieux. Maintenant, avec ce lien de sœur Rakhi, nous avons établi une belle atmosphère : quelqu'un est un frère et ne peut avoir de relation bizarre avec cette personne. Ce lien tue tous les flirts, toutes les relations bizarres que l'on développe, toutes sortes de problèmes de rupture du mariage, de personnes qui s'égarent. Une fois que vous avez compris le principe que nous devons d'abord nous installer dans une relation très pure les uns avec les autres, c'est de cette façon, en Sahaja Yoga, que nous établissons cette relation sainte.

Et qui plus est, il faut voir que cette relation sacrée vous donne de la joie, du bonheur et de l’agrément. Ce n'est pas seulement une pure relation qui (forcerait à faire une chose) ou autre chose. Même si vous ne pouvez rien donner à votre sœur, ou, si le frère ne peut rien faire pour sa sœur, cela n'a pas d'importance. La relation est dans le cœur, et est ressentie très profondément. Quand vous ressentez cette relation, cette douceur de la pureté, cette sainteté, se répandent. Je connais des gens qui ont sacrifié beaucoup pour leurs frères et pour les sœurs aussi. Donc, il faut comprendre que cette relation doit être maintenue très pure, belle et absolument ouverte. Il ne devrait y avoir aucune formalité en celle-ci, faisant qu'un frère devrait aller dire "je suis désolé", qu'une sœur devrait aller dire "je suis désolée". Vous devez être ouverts et parler - il ne faudrait jamais se sentir mal entre frère et sœur. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Vishnumaya puja. Shudy Camps, Angleterre, 20/08/1988 

Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire