mercredi 16 novembre 2011

La Déesse du foyer


« Le côté gauche du Nabhi est le centre de la vie de famille, celui de Gruhalakshmi, la déesse de la famille, du foyer, voyez-vous. Une personne qui court trop après l'argent en oublie sa famille, n'a pas de temps pour sa famille. Il se peut que le mari et la femme se rencontrent quelque part dans l'aéroport ou se fassent juste un vague signe de la main parfois, vous voyez, ils se croisent, ce sont les enfants qui en souffrent le plus.

Et dans ce cas, les femmes alors s’associent aux hommes, elles sont en concurrence…elles commencent à copier les hommes et, ce faisant, quand ils sont en concurrence les uns avec les autres, c’est la vie familiale qui est perturbée. La femme au foyer n'est pas satisfaite, son ego n'est pas satisfait.

Dans les temps anciens l'homme allait dans la jungle couper du bois, le ramenait à la maison, et le donnait à la femme qui s'en servait pour cuisiner. Il n'y avait aucun problème car c’était un système d’échange : l’homme pouvait voir la femme travailler au foyer. Maintenant, le mari gagne l'argent et la femme le dépense. Je veux dire que dépenser de l’argent exige aussi une activité, n'est-ce pas ? Mais du point de vue de l'homme, il a l’air d’être le membre qui gagne l’argent et elle, celui qui le dépense. Donc la femme dit "d’accord, je vais aussi gagner de l’argent". Mais en cela, il en résulte trop de concurrence, trop de compétition entre les deux. Ce qui arrive, c’est que la famille souffre, les enfants souffrent. Un tel homme aura des problèmes avec sa femme, la femme avec son mari et vous pouvez toujours ressentir ce centre sur ce doigt (le majeur gauche). Si ce doigt (pique), cela signifie qu'il y a quelque chose qui ne va pas dans vos relations familiales, que vous devez vous ajuster, ou qu’il doit s'ajuster. C'est une chose importante.

Car vous êtes comme les fleurs qui doivent produire un fruit. C'est ce que la nature veut. La nature veut que vous soyez là pour produire le fruit, qu'est votre progéniture. C'est pourquoi vous êtes des hommes et des femmes, c'est l’essentiel. Or, si vous pensez qu’avec cette responsabilité vous pourriez faire autre chose, vous devriez le faire. »
Shri Mataji Nirmala Devi, sur le chakra du Nabhi, troisième programme public, Maccabean Hall, Sydney, Australie, 27/03/1981
Publié par dictionnaire sahaja yoga

3 commentaires:

Marie-Odile a dit…

C'est tellement chouette de pouvoir rester à la maison, s'occuper du bien-être de la famille. Un sacré travail aussi. La sécurité pour les jeunes enfants de rester avec leur maman, pour les enfants de retrouver la douceur de la maison après l'école, et une joie pour le mari qui n'aspire qu'à la paix en rentrant du travail. Stabilité pour la famille, pour la société. Il serait temps de reconnaître la valeur d'un tel travail et de l'encourager vraiment.

Hibischka a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Bernard a dit…

Enfant, maman était présente à mon retour de l'école. Cela semblait naturel. Elle s'occupait du repas du soir pendant que je m'attablait à mes devoirs. Il se dégageait beaucoup d'amour. Puis rentrait de son travail auprés des bétails de la ferme, mon papa. Il ne participait pas aux travaux de cuisine. Non pas qu'il ne voulait pas. Tout simplement parce que cela semblait naturel à ma maman que cela soit son rôle, tout comme l'était celui de border mon lit avant que je plonge dans le monde des rêves.

Enregistrer un commentaire