vendredi 7 octobre 2011

Le secours de la méditation


« Cette Chaitanya, qui coule dans l'Univers, est la Shakti, le pouvoir, de Mahamaya - et ce n’est qu’avec cette Shakti de Mahamaya que le travail se fait. Cette Shakti pense, sait, comprend tout correctement et organise tout. Et le plus important, c’est qu'elle vous "aime" vous et cet amour est désintéressé. Cet amour ne veut rien de vous et ne désire que donner, ne désire que votre progression, ne désire que votre bien-être.

Mais en plus de cela, ces choses qui se veulent des épines, mettent des obstacles sur votre chemin, vous combattent ou vous ennuient d’une façon ou d’une autre…devraient essentiellement être défaites. Mais pour cela, vous n’impliquez pas votre énergie. Vous devriez seulement inviter ce pouvoir d’appeler la Devi, "Avahan", et ensuite lui demander de détruire ces personnes démoniaques.…Car vous possédez à l’intérieur un état spécial, qui est celui de "nirvichar", (la conscience sans pensée). Vous devriez tout voir dans un "état de témoin" (d’une façon distanciée).

Par exemple, une personne folle est après vous, comment faire avec elle? Observez sa folie, sa torture mentale, ses difficultés et moquez-vous en. Quelle idiote elle fait ! Vous ne devez pas vous mettre dans les difficultés à cause d’elle. Contre cela, vous n'avez qu'à pénétrer votre forteresse intérieure, qui est "nirvicharita".
Dans l'état de "nirvicharita" (de conscience sans pensée), toutes les Shaktis qui sont aimantes, donnent de la joie vous nourrissent, viendront à vous. Mais tant que vous serez pris par ce problème, ou resterez occupé à penser à la manière dont vous allez supprimer ce problème, le détruire ou y remédier, cela vous portera atteinte à vous, non pas à l’autre personne. »


Shri Mataji Nirmala Devi, Navaratri puja, sixième jour, traduit de l’Hindi, Pune, Inde, 16/10/1988


Trop penser à un problème, se torturer l’esprit fait mal, peut-être plus que le problème lui-même. Etre en état de conscience sans pensée permet de prendre de la distance et ainsi de se libérer du stress qu’occasionne une difficulté. Quand on se sent calme, on monopolise ses qualités et des dispositions, des capacités intérieures que l’on ignorait peut-être même posséder.


Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire