mardi 17 mai 2011

Bouddha Purnima

Aujourd'hui c'est l'anniversaire du Bouddha. Il est un maître incontesté de la méditation qui mène à l'équilibre, bien qu'il ait commencé par demander un détachement total vis-à-vis du confort à ses premiers disciples et une discipline stricte.

« Bouddha ne savait pas comment donner en la Réalisation de masse à cette époque. Donc, il s'entoura de disciples qui devaient se raser la tête, qu’ils fussent reine ou roi, qui devaient ne porter qu’un seul tissu, que vous soyez homme ou femme, qui devaient ne posséder qu’une seule natte pour dormir dans une grande salle. Pas de mari ni d’épouse, pas de mariage, rien. Et ils devaient mendier leur nourriture dans les villages, nourrir le gourou et aussi eux-mêmes que la nourriture soit en quantité suffisante ou non. Cela n’existe pas pour Sahaja Yoga. Tout est agréable avec Sahaja Yoga, dès le tout début, et vous êtes censés être des gens totalement joyeux.
Mais la joie de la collectivité, si vous ne savez pas comment l’apprécier, alors vous ne pouvez pas vous élever, parce qu'il n'y a pas d'autre issue. Quelle serait une autre pénitence? Pour certaines personnes, même la collectivité est une pénitence jusqu'à ce qu'ils commencent en l’apprécier, et ils sont très embêtants; "Ce n'est pas bien", très critiques. Certains d'entre eux restent dans (une maison) et critiquent tout, tout le temps. "Ce n'est pas bon. Je n'aime pas ceci, je n'aime pas cela." Donc, ici, en étant pleinement conscient - Je veux dire que vous ne pouvez pas être hypnotisés, si vous êtes hypnotisés alors vous pouvez vivre comme bon vous semble.
Mais en étant pleinement conscient et en comprenant totalement que nous avons de devenir collectifs, c’est l'une des solutions pour notre purification. On peut le dire ainsi: supposons que mes mains soient sales, je vais au robinet et je m’aperçois qu’une seule goutte en sort, alors je ne peux pas me laver les mains. Donc, je vais à un autre endroit, il n'y a pas d'eau. Au troisième endroit je découvre qu'il n'y a rien. En fin de compte, je trouve un endroit avec de l’eau. Alors, je me lave complètement, parce que je sais que je n’en trouverais pas n'importe où. Avec Sahaja Yoga, vous êtes immergés dans l'eau de la collectivité. Si vous aimez cette collectivité et pouvez y nager, il n'y aura pas de problème. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Shri Bouddha puja, Deinze, Belgique, 04/08/1991
 

Le côté gauche est celui du désir et le canal droit celui de l’action. Or Bouddha est celui qui nous a appris à être sans désir afin de ne pas connaître la souffrance. Il y a une contradiction apparente car ce maître du canal droit qui réside au niveau de l’ego, est celui qui nous a le mieux et le plus parlé du désir et du non désir, qui appartiennent au canal gauche.
C’est parce que le fait d’être sans désir nous donne la maîtrise du canal droit. La joie aussi nous permet de nous extraire de notre ego, et la joie au sein du collectif est la meilleur façon de dépasser son ego.


Ne rien faire ne signifie pas ne pas agir, mais agir sans avoir prémédité ses actions. C’est un état ou la spontanéité et l’intuition guident notre personnalité, où l’on est à l’écoute de notre être intérieur et où les actions ne sont pas la matérialisation des pensées conceptualisées. C’est une autre façon de décrire l’innocence dont le maître est Shri Ganesha qui est à l’origine du côté gauche.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire