dimanche 27 février 2011

Nous ne pouvons pas mourir selon Sahaja Yoga


« En elle-même, la mort du Christ nous donne la force (de comprendre) que nous ne pouvons pas mourir. Nous sommes ressuscités et la Résurrection nous appartient. Mais nous devons établir notre Sahaja Yoga, notre méditation, c’est très important.

L'autre jour, J’ai rencontré une dame qui m'a parlé d’un miracle qui s'était produit dans sa vie, de comment elle avait été sauvée. Elle était sur le point de mourir car elle avait eu un accident et toutes sortes de choses. Mais la façon dont elle a été sauvée ! Alors que son mari avait succombé à un tas de choses (était un vrai miracle). Alors Je lui ai demandé:
- Que voulez-vous dire par "comment cela s’est passé"? Elle a répondu:
- Mère, ce n’est rien d’autre que de la shraddha! (une foi éclairée). La shraddha, c’est une méditation pleine d'obédience. Il faut s’en remettre, c’est parce que je m’en remets!
Mais, ai-Je dit:
- Comment?
- Cela, je ne le sais pas, je suis seulement abandonnée. Je me sens si bien, si pleine de vie et tellement sans peur quand je sais que je m’en remets complètement à mon Esprit!

Et c’est cela : l'obédience, c'est ce que nous avons à apprendre lorsque nous méditons. Mohamed l'a appelée "Islam". "Islam" veut dire "s'en remettre", bien que les Musulmans ne le fassent pas...
Mais vous devez vous en remettre à votre nature universelle, à votre nature supérieure. Vous ne devez pas en mourir, vous ne devez pas disparaître dans la confusion du monde ni dans ces choses matérielles. L’exemple du Christ est un exemple qui nous donne de la force. Il est avec nous et il nous guidera toujours, il veillera sur nous et non seulement cela, mais il nous donnera de la force. Il détruira tous ceux qui seront contre la vie éternelle...

Pour nous, le Christ est notre chef, celui qui a accompli (cette tâche) pour nous. Il est venu comme un être humain ordinaire, a vécu comme un être humain ordinaire, avec tous ses pouvoirs à l'intérieur. Il ne les a jamais utilisés pour détruire. De même, nous pouvons aussi, grâce à l’amour et à la compassion, vraiment nous extraire de notre mort, de nos doutes, de notre nature destructrice. Cette nature destructrice est la chose la plus dangereuse pour les Yogis. »
Shri Mataji Nirmala Devi, puja de pâques, Istambul, 27/04/1999
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire