mercredi 22 décembre 2010

Le bien-être de l'amitié


« Nous devons comprendre qu'il faut être collectif. Devrions-nous avoir de grands palais pour méditer ? Devrions-nous avoir de grandes structures ? Ce n'est pas nécessaire. Pour prier et pour méditer, tous les endroits sont bons. Où que vous soyez, vous pouvez apprécier l'endroit, vous devriez l'apprécier. Il ne faut pas exiger ceci et cela.

Par exemple, quand vous êtes à Ganapatipule, Je sais que ce n'est pas très confortable, que ce n'est pas un hôtel trois étoiles, mais vous aimez la compagnie de chacun, vous vous aimez les uns les autres et être en compagnie les uns des autres vous donne du bien-être. Car ce qui vous donne du confort, c'est l'amour, l'affection, l'unité entre vous. Et alors, le manque de confort ne vous dérange pas, ça vous est égal....

Le confort du corps n'est pas important, c'est le confort de l'Esprit (qui compte). Si votre corps aime le confort, essayez de lui apprendre à l'abandonner. Essayez de dominer votre corps et non pas que votre corps vous domine. Si vous n'essayez pas de faire cela ... vous n'arriverez à rien car vous aurez toujours l'occasion de dire "je dois avoir une belle voiture; puis je dois avoir une maison, puis avoir ceci et cela."

Si vous faites trop attention à votre corps, alors la lumière de l'Esprit diminue. Votre visage n'a pas d'éclat, votre mental n'est pas en paix, parce que tout le temps, vous allez vous inquiéter de votre corps, de votre confort, de la nourriture, etc. Vous pouvez abandonnez toutes ces choses au Divin.
Ce que vous devez faire, c'est voir par vous-même si dans votre comportement vous êtes honnête, spirituel et si vous (ressentez) l'obédience. Voilà votre travail. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Puja de Noël, Ganapatipule, Inde, 27/12/1994
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire