samedi 1 mai 2010

Le point culminant



« Ce n'est que le Sahasrara, qui doit se développer, pas l'Esprit. Plus le Sahasrara est sensible, plus il reçoit les qualités spirituelles de l'Esprit. En fait, la paix est ressentie au Sahasrara. Le bonheur est également ressenti au Sahasrara, car le Sahasrara se trouve dans le cerveau et le cerveau est la quintessence du système nerveux, du système nerveux central, ou de la conscience.

Donc, en ouvrant simplement le Sahasrara, le travail n'est pas terminé. Nous devons avoir plus en plus de canaux qui agiront en tant que nadis avec leurs différents pouvoirs, et qui peuvent fonctionner de façon systématique et appropriée ...

Au-delà du Sahasrara, lorsque vous êtes au-dessus du Sahasrara, vous pouvez voir qu'il est très important que tous ces nadis soient maintenus ensemble, et que tous les chakras…soient conservés intacts et intégrés.
Cela peut aussi se faire par un effort conscient, en vous observant, en scrutant vos pensées. Vous commencerez à voir votre ego et votre super ego. Vous serez capable de voir si vous vous leurrez et manquez d’honnêteté envers vous-même, si vous vous convainquez que vous êtes très bien, si vous êtes totalement dans l’ego.

Toutes les mauvaises identifications doivent être abandonnées. On peut le faire d’une façon consciente, comme Je l'ai dit...On doit se rappeler qu’avec un effort conscient, nous pouvons vraiment découvrir par nous-mêmes et voir si nous sommes vraiment honnête à ce sujet. »
Shri Mataji Nirmala Devi, jour du Sahasrara, Le Raincy, France, 05/05/1982

Une fois que l’on a reçu sa Réalisation, à chaque méditation, la Kundalini se renforce, comme si quelques fils passaient de plus en plus dans la colonne vertébrale pour atteindre le cerveau et former une corde de plus en plus solide. Lorsque l’on médite, notre attention va au Sahasrara et avec un peu d’expérience et de profondeur, on a l’impression qu’elle est au-dessus du Sahasrara, de notre cerveau, et qu’on peut mieux se comprendre, se voir comme à partir d’un point de vue culminent.
Nous comprennons les choses avec détachement, car nos sentiments sont apaisés. On arrive à avoir un point de vue plus "extérieur" donc plus objectif sur nous-même, c’est à dire moins impliqué par des pensées qui suivent trop le parti pris de notre personne, qu’on pourrait appeler notre ego, ou le point de vue et les dires des autres, qu’on pourrait nommer notre super ego. De cette manière, en conscience sans pensée, on peut faire plus facilement la part des choses et se corriger.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire