samedi 26 décembre 2009

Les vibrations de la musique





« C'est un si grand plaisir, une joie immense d'entendre Anand jouer si bien...
Nous tous, avons eu un grand plaisir à écouter toutes sortes de flûtes. Mais J’ai un faible pour Anand, Je ne sais pas quoi dire, mais il a un tel génie, un tel génie. Je connaissais son grand-père et aussi le gourou de son grand-père. Je dois dire qu’il dispose d’un talent unique, qu'il a obtenu, bien entendu, de sa famille...Chaque fois qu'il joue, c’est quelque chose de très rythmique, avec tant de permutations et combinaisons, qui les unes après les autres sortent de son esprit, Je ne sais pas si c'est de son esprit ou d’ailleurs. Je veux dire toute la famille est connue pour avoir de très, très grands musiciens, sans aucun doute, de renommée mondiale.


Je vous ai raconté l'histoire liée à son grand-père : mon frère plus âgé (Balasahib) est un jour tombé très malade de la typhoïde et il ne pouvait plus parler (pendant plusieurs semaines)... Alors je lui ai juste demandé ce qu’il souhaitait entendre, quelle musique il voulait. Il a dit le nom du grand-père d’Anand, Pannalal Gosh. Je veux dire, c'est le premier mot qu'il a prononcé.

Cette musique est si forte qu'elle peut faire ce que Shri Krishna a dit: rendre à une personne sourde et muette l’ouïe et la parole. C'est ce que J'ai ressenti à ce moment parce qu’il y a très longtemps de cela, Je devais avoir à peine 15 ans, J’ai senti que cette musique, la musique indienne, a la capacité de capter les vibrations et d’être agissante. ..

Cet instrument possède un tel charme, Shri Krishna en a joué, et il est fait à partir d'une chose très simple, à partir du bambou. Il n'a pas de décoration, rien, il est tout simple et très symbolique aussi…
.. Un jour, Shri Radha fut jalouse de Shri Krishna, plutôt de sa "murli", de sa "bansuri", (de sa flûte). Et elle lui dit: pourquoi mettez-vous toujours votre flûte à vos lèvres ? Pourquoi? Qu’est-ce qui est si important à son sujet? Il lui a répondu d’aller directement interroger la flûte.

Alors elle est allée parler à la flûte et lui a demandé quelle particularité faisait qu’elle était toujours suspendue aux lèvres de Shri Krishna…La réponse est vraiment remarquable. La flûte, "murli", a déclaré : en fait je ne suis rien, je suis absolument creuse. Je ne suis même plus là. Tout le monde dit qu'il joue de la "murli", mais en réalité, c’est lui qui joue, qui est le joueur, qui est l'auteur. Je suis juste vide, sans ego. Cela est très important pour les Sahaja Yogis, vous devez être une être creux, vide (intérieurement) si vous voulez dispenser vos vibrations pour vous et pour les autres.
C'est l’instrument le plus mélodieux, un instrument sans prétention, qui ne donne aucune colère, qui apaise. Et quand il est joué par notre grand Anand Je me réjouis vraiment. J'espère que vous tous aussi avez apprécié...Nous sommes tous très heureux qu'il ait apporté son instrument pour nous divertir ; mais c'est bien plus que du divertissement, c’est bien plus élevé, beaucoup plus précieux. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Récital d’Anand Murdeschwar, séminaire de Ganapatipule, Inde, 12/1993,
Plus sur Anand Murdeshwar en anglais:

http://pannalalghosh.com/interview_anandmurdeshwar.html
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire