dimanche 20 décembre 2009

La discipline par la dignité selon Sahaja Yoga

video

« Vous devez protéger les gens qui vous sont subordonnés, qui dépendent de vous, vos enfants. C'est une chose très commune que d'offenser les enfants dès leur enfance. "Pourquoi avez-vous abîmé ce tapis? Pourquoi avez-vous fait cela? Tu n'aurais pas dû dire ça, pourquoi l’as tu fait? "C'est une très mauvaise sorte de discipline, la meilleure discipline étant d’enseigner la dignité aux enfants. Voyez-vous, en Inde, on reconnaît un bon foyer, dirons-nous, à la façon dont on s’adresse en famille aux enfants. Par exemple, dans une bonne famille, nous interpellons les enfants en utilisant le mot "sa", un peu comme ça, "ap" qui signifie "sa". Nous ne leur parlons jamais d’une façon indigne, nous leur accordons de la dignité, et c'est une chose très agréable.

Je vais vous parler de ma propre petite-fille. Quelqu'un lui dit un jour …"ce garçon, pourquoi ne pas l'épouser". Elle a répondu: "Pourquoi voulez-vous me parler de mariage? Je ne suis pas assez grande pour penser au mariage. Et on doit parler de ces choses avec dignité. Comment pouvons-nous penser au mariage alors que nous ne devrions pas y penser? Et c’est ma grand-mère qui va me marier et je veux vivre comme une personne digne. " Une petite fille de sept ans a répondu cela à cette femme …une sorte de pseudo intellectuelle qui a essayé de taquiner ma petite fille. Elle lui a déclaré: "Ce n'est pas digne". Pensez-y ; à sept ans, les enfants ont le sens de la dignité…


Vous n’avez pas besoin de leur dire de ne pas abîmer le tapis, mais traitez les avec dignité et ils ne l’abîmeront jamais, vous en serez surpris. Parce que nous les réprimandons tout le temps, ils deviennent si mauvais. (Ils penseront) "Ils pensent que nous sommes bons à rien, nous ne savons pas quoi faire, tout le temps ils nous disent ce genre de choses."


Ou même si vous devez leur faire une remarque, parlez-leur d’une autre personne : "comme ce garçon, tu sais, il était absolument inefficace, il ne savait pas quoi faire, il a endommagé le tapis. Je suis allée chez lui, j’ai glissé et je suis tombée." L'enfant comprend immédiatement ce dont il s’agit. Mais directement, tout le temps, brusquer l'enfant, vous voyez, cela lui donne une personnalité qui ne possède aucune substance à l'intérieur.


Il se peut que l'enfant devienne par la suite une personne très arrogante. S'inspirant de ses parents, il se peut qu’il se comporte de la même manière, car il n’aurait pas cette dignité qui silencieusement s’exprime et se manifeste. Cette dignité devrait simplement se manifester silencieusement, et quand les gens voient une telle personne, il arrive que les gens pensent et disent "Oh, quel homme, quelle dignité." Vous voyez c'est cela, et ces enfants deviennent des sortes de personnes idéales pour la société.


Je pense que corriger les enfants n'est pas ce qu’il faut faire. (La question) n’est pas de les discipliner, mais de les faire grandir. Ce que nous devons donner à nos enfants c’est la joie, le bonheur de la famille, un sentiment de totale sécurité, et vous verrez que vous n'aurez jamais de problèmes liés à l’adolescence, pas de problèmes d’adolescence. Vous serez surpris, vous les laisserez n'importe où, ils seront si dignes et si mûrs, que les gens seront très étonnés. Vous n'aurez rien à leur dire.


C'est pareil pour les petits enfants. J'ai vu que si vous conservez votre maison très propre, et que vous vous en occupez toujours, les enfants la garderont propre d'eux-mêmes. Ils aimeront le faire. Parce que les enfants représentent vraiment la beauté en herbe. Lorsque nous les brusquons, nous leur coupons leurs racines. Ils attendent tellement de nous, vous voyez, ils perdent toute leur dignité. Je vous dit, essayez cela avec vos enfants, donnez-leur de la dignité, vous serez surpris de la façon dont ils se comportent.»

Shri Mataji Nirmala Devi, sur le chakra du Nabhi, troisième programme public, Maccabean Hall, Sydney, Australie, 27/03/1981

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire