vendredi 26 octobre 2012

Shri Rama, le roi humble, ou les fruits de Shabari

« Shri Rama s'est rendu dans un village où une vieille femme, qui appartenait à une catégorie (sociale) peu développée et qui avait peu de dents, avait apporté des petits fruits à Shri Rama, des petits fruits qu’on appelle des baies.
-Voyez, j'ai ces fruits pour vous. Je n'ai rien d'autre. Et ceux-ci, je les ai tous goûtés!
En fait, en Inde, si vous portez quelque chose à la bouche, c’est "utishta", personne ne va le toucher.
-Mais, dit-elle, je les ai goûtés tous en les perçant de mes dents pour vérifier qu'aucun d'entre eux n’était acide.
Shri Rama n'aimait pas les fruits aigres et elle le savait.
 -Aucun d'entre eux n’est aigre et vous pouvez les avoir…
Shri Rama s'est immédiatement rué vers elle et a pris les baies dans sa main, lui a baisé la main, et a dit:
-D'accord, d'accord, je vais les prendre.
Il les a mangé avec un tel enthousiasme !
Mais Lakshmana était un peu en colère contre cette dame :
-Qu'est-ce qui se passe?
-Oh, tu les trouves bons? Dit Sitaji (à Rama).
-Oui, dit Rama, et je ne t’en donnerai pas.
-Non? Je suis ta moitié, tu dois m’en donner.
Il en a donc donnés à Sitaji et Sitaji les a mangés.
-Oh! C'est comme le nectar du ciel!
Alors, Lakshmana s'est senti très jaloux. Il a dit :
-Belle-sœur, je ne peux pas en avoir un peu?
-Non, je ne peux pas t’en donner, demande à ton frère. Je ne vais pas t’en donner, j’en ai très peu. Pourquoi ne demandes-tu pas à ton frère?
Il s'est alors tourné vers son frère :
- Est-ce que je peux en avoir ?
Shri Rama, souriant, lui a offert de ces baies qui avaient été goûtées, touchées, percées, par les dents d’une femme très simple, qui en fait, n'était qu'une paria selon les lois de l'Inde brahmanique.

La douceur de Shri Rama, la façon qu'il avait de mettre tout le monde à l'aise, c'est comme, dirais-Je, l’exemple d'une huître qui, si un petit caillou s'introduit dans sa coquille, le recouvre d’un liquide brillant et en fait une perle, pour qu’il soit confortablement (installé). Or, il ne recherchait pas son propre confort.

Shri Rama était un peu différent : il voulait transformer les autres en diamants ou en perles, de manière à ce que l’autre brille et ait une belle apparence, et c'est comme cela qu’il se sentait bien.
Si nous devons absorber ses qualités, nous devons d’abord comprendre la position innée de Shri Rama. Shri Rama est placé sur le côté droit de votre cœur, à droite, dans le cœur droit. Il est là.  
Or, chez un être humain, il n'existe pas de cœur droit. Si vous dites à quelqu'un qu'il a un cœur droit, il dira: "Quoi, il y a deux ou trois cœurs, des cœurs?" Selon Sahaja Yoga, nous avons trois cœurs: l'un est à gauche, l'autre est à droite, et un autre est au centre.
Or, le cœur droit est une chose très importante : il s'occupe des poumons, en leur entier, à la fois des poumons, de toute la gorge, de la trachée, du nez, dans la partie interne. Le côté extérieur est pris en charge, les caractéristiques, dira-t-on, sont données par Shri Krishna, mais la partie interne est totalement donnée par Shri Rama: ils  sont semblables, mais l’un agit en tant que partie interne, l'autre en tant que partie externe.

Shri Rama vous donne la partie interne des oreilles. C'est ce que fait Shri Rama, il vous donne la partie interne des yeux. Or, il est plus important que la partie interne soit correcte plutôt que ce soit la partie externe. C’est à l’exemple de Shri Rama, il n'a jamais fait attention à l'aspect extérieur ou l'apparence d'une personne. »
Shri Mataji Nirmala Devi, Rama puja, lors du dixième jour du Navaratri, Les Avants, Suisse, 04/10/1987

Cette histoire appartient au livre sacré épique du Ramayana, la vielle dame s'appelle Shabari.
Dassera est le dixième jour du Navaratri.
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire