mercredi 17 octobre 2012

La Déesse Mère

« Aujourd'hui nous nous sommes assemblés ici pour célébrer le puja du Navaratri. Neuf fois, les principales Incarnations de la Mère de cet univers se sont manifestées. Elles se sont manifestées dans un but, celui de protéger ses bhaktas (dévots), ses disciples, ses enfants. C'était un amour qui engage. Elle ne pouvait pas s’y soustraire. L'amour d'une mère l'engage, et Elle ne peut y échapper. Elle doit le manifester, l'accomplir, et offrir protection à tous ses enfants.
Cette protection a pris de nos jours une autre forme. Autrefois, le mal tentait de blesser, de détruire les gens vertueux, les dévots, ceux qui faisaient le bien, ceux qui voulaient vivre une vie très religieuse. C'est pour les sauver qu'elle s'est incarnée, pour les protéger.
Mais ils savaient ce qui était bon et ce qui était mauvais, et ils voulaient préserver leur vie juste et précieuse. Ils ne s'intéressaient pas à l'argent ni au pouvoir, ils ne désiraient que vivre, c'est-à-dire qu’ils voulaient simplement être en vie pour adorer la Déesse, et quand ils étaient dérangés, blessés ou détruits par les forces du mal, elle devait se manifester.

Mais de nos jours, cela devient très compliqué, car ces temps modernes sont compliqués. D'abord, dans les idées, les modes de vie, dans la société des hommes et femmes de bien, la peur du faux s’est introduite dans la vie des êtres vertueux. Ils ont peur, disons, de leurs prêtres, de leurs églises, de leurs temples, de leurs mosquées, qui sont tous mensongers. Ils n’ont pas peur de Dieu, ils ne croient pas en Dieu. Ils pensent avoir créé Dieu et pouvoir le gérer.
Alors, qui est Dieu ? A la façon dont ils se comportent, on voit clairement qu'ils ne reconnaissent pas l'existence de Dieu, du Dieu Tout-puissant qui est un Dieu courroucé. Ils ne s'inquiètent pas du tout de ce qui va leur arriver. Ils ne croient même pas à une vie future, ils ne croient pas en la Résurrection. Ils sont très frivoles, il y a même des gens qui font toutes sortes de choses négatives.
Ainsi, d’une façon ou d’une autre, dès que vous êtes né, vous êtes né dans une sorte de label : vous êtes ceci, vous êtes cela….dès que vous êtes né. Donc, la première empreinte sur cet homme moderne est celle de la religion à laquelle il appartient. Nous ne pouvons pas l'éviter. Il doit être rudement bien d'appartenir à une certaine religion. Même sur le passeport – plus aujourd'hui - sinon, (les douaniers) avaient l'habitude de demander: "quelle est votre religion?" Et en Inde, si vous avez disiez que vous n'aviez pas de religion, ils ne vous auraient pas donné de passeport parce que vous n'étiez pas encore qualifié de personne morale ou vous ne suiviez pas telle mauvaise personne qualifiée.

De sorte que les gens très simples, innocents, les bonnes gens, très justes, croyants en Dieu, ont développé ce genre de crainte, qui a été mise dans leur tête par des gens mensongers, telle que : " si vous ne faites pas comme ça, si vous ne nous payez pas d'argent, Dieu sera en colère contre vous. Si vous ne venez pas à la confession, alors Dieu sera en colère contre vous. Si vous ne tolérez pas nos absurdités, Dieu sera fâché contre vous." Toutes ces choses ont commencé à pénétrer le cerveau des gens très facilement. Dans certaines religions, ils croient que ce n’est pas un péché de boire de l’alcool. Dans une autre religion, ils croient qu'il n'est pas mal d'épouser plusieurs femmes. Dans une autre, ils croient qu’on peut avoir un système de castes. Tout est anti-Dieu ! Cette activité qui va absolument contre Dieu est perpétuée dans la société par les prêtres qui sont supposés être en charge de la religion. Ainsi, le premier conditionnement horrible que nous avons lorsque nous débutons Sahaja Yoga est celui-ci. Donc, les gens trouvent cela merveilleux d’entamer quelque chose d’aussi frais. Alors, la première protection que la Mère devait donner, c’était contre ce conditionnement (de la religion). »
Shri Mataji Nirmala Devi, Navaratri Puja, Cabella Ligure, Italy, 13/10/1991
Publié par dictionnaire sahaja yoga

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire